GUEUDET Bernard, Émile, André

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 29 mars 1915 à Valentin (aujourd’hui École-Valentin, Doubs), mort par accident le 5 septembre 1944 à Chiddes (Nièvre) ; gendarme ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Bernard Gueudet était le fils de Marcel et de Marcelle Briet. Il se maria le 16 mars 1939 à Villers-le-Lac (Doubs) avec Andrée Lucienne Caille.
Il exerçait le métier de gendarme à Rioz (Haute-Saône). Il entra dans la Résistance le 5 juin 1944 au maquis "Louis" créé par Paul Sarrette dit "capitaine Louis", sur le site des Fraîchots, à Larochemilllay (Nièvre).
Dans la nuit du 4 au 5 septembre 1944, les maquisards projetèrent de tendre une embuscade contre un convoi allemand, route de Nevers, vers le Moulin Neuf.
L’embuscade échoua, car les Allemands se trouvaient à l’endroit où les maquisards voulaient se poster. Au retour, vers 4 heures du matin, le capitaine Louis, décida de s’arrêter au Château de Champlévrier, hôpital du maquis puis vers huit heures, il partit rejoindre au carrefour des Caruzzes, à Chiddes (Nièvre), un groupe de maquisards qui venait essayer un mortier, parachuté le 2 septembre, mais sans le guide technique manquant. Bernard Gueudet qui était chef de pièce pointa le tube avec un niveau "à la française", après un premier tir à charge 3 (3 appoints de charge sur l’empennage de l’obus) sans incident mais l’obus rata l’objectif, trop court. Il fut ordonné d’augmenter la charge propulsive et de tirer à charge 6. C’est à ce moment là que le tube explosa projetant les servants à terre et déchiquetant complètement six d’entre eux parmi lesquels Bernard Gueudet. Le capitaine Louis eut juste le temps de donner l’ordre au docteur qui était avec lui de prévenir l’hôpital avant de succomber, blessé mortellement au niveau du cœur par un petit éclat, provenant de l’explosion d’une grenade portée par un des maquisards.
Bernard Gueudet est inhumé dans l’ancien cimetière de Valentin, carré 2, tombe 33, à École-Valentin (Doubs).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de sergent des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur les monuments aux morts, à Villers-le-Lac (Doubs) et Rioz (Haute-Saône), sur la stèle commémorative, à Chiddes et le monument commémoratif du maquis Louis, à Luzy (Nièvre), sur la plaque commémorative, à Rioz et sur le mémorial de la Résistance, à Vesoul (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article222064, notice GUEUDET Bernard, Émile, André par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 janvier 2020, dernière modification le 15 janvier 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Commune de Chiddes, La stèle des Carruzes.— Wikipédia, monographie de Larochemillay, Le « Maquis Louis » et le camp des Fraichots (Fréchots) pendant la Seconde Guerre mondiale.— Le Journal du Centre du 12/09/2012, Hommage au maquis Louis.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément