CHAUVELOT Gustave, Henri

Par Jean Belin

Né le 8 février 1884 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 11 septembre 1951 à Plombières-les-Dijon (Côte-d’Or) ; ouvrier plombier puis agent de maîtrise dans une usine à gaz ; syndicaliste CGT confédéré de la Côte-d’Or

Fils de François, Charles Chauvelot, plombier, et de Mélanie Peltret, Gustave Chauvelot fut engagé volontaire pour trois ans du 3 octobre 1904 au 12 juillet 1907 dans un régiment d’artillerie. Mobilisé à nouveau du 2 août 1914 au 8 mars 1919, il fut embauché à son retour comme plombier dans une Cie du gaz à Dijon dont il devint secrétaire du syndicat général CGT du personnel du gaz des deux sites de l’usine le 14 juin 1919, le président étant Victor Gilles. Le syndicat compta 90 adhérents. Gustave Chauvelot fut affilié à l’Union Départementale confédéré de Côte-d’Or à son 1er congrès juste après la scission, qui se tint à la Bourse du travail en mai 1922. Il fit partie de la commission des conflits mise en place lors de ce congrès. Il fut élu au comité de la Fédération CGT de l’Éclairage et force motrice lors de son congrès le 4 juin 1922. Il fut réélu au comité fédéral par le VIIIe congrès fédéral qui se tint au siège de la CGT rue Lafayette à Paris où il présida la séance d’ouverture le 12 juillet 1924, puis par le IXe en 1926, par le Xe en 1928. Il ne fut pas réélu au XIe congrès de 1930 et fut remplacé par Georges Desprès*, qui lui avait déjà succédé depuis 1926 comme secrétaire du syndicat dijonnais. Contremaître dans son établissement vers la fin de sa carrière, Gustave Chauvelot fut élu président du syndicat du Sud-est des agents de Maîtrise de la société « Gaz et Eaux » de Dijon en janvier 1939. Il se maria à Dijon le 22 avril 1909 avec Marie Louise Lauriot, cuisinière avec laquelle il eut trois enfants, tous nés à Dijon. Domicilié au 12 rue du Chapeau Rouge à Dijon en 1939.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article221960, notice CHAUVELOT Gustave, Henri par Jean Belin, version mise en ligne le 11 janvier 2020, dernière modification le 11 janvier 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Nat. F7/12981, rapport du 15 avril 1925. — Éclairage et Force motrice, août 1919, juin-août 1920, juin-juillet 1925. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil, recensement de la population, fiche de recrutement militaire. — Arch. Municipales de Dijon, sous-série 7F2. — Le Populaire de Bourgogne, mai 1922. — Gallica, Paris Soir, 12 juillet 1924.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément