DELORME André, François

Par Jacques Girault

Né le 5 septembre 1904 à Bort-les-Orgues (Corrèze), mort le 10 mars 1994 à Vinon-sur-Verdon (Var) ; cultivateur et négociant ; maire de Vinon (1953-1971) ; conseiller général « socialiste » (1952-1973).

Son père Ernest Delorme, né le 1er mai 1879, maréchal-ferrant à Bort-les-Orgues, vint s’installer comme fermier à Vinon en 1905. Après avoir fréquenté l’école catholique, il était devenu anticlérical et socialisant. Il avait été élu le 21 décembre 1919 conseiller municipal sur une liste « d’Union républicaine et sociale ». Il n’avait pas été candidat en 1925 aux côtés du maire sortant adhérent de la SFIO.
Delorme reçut les sacrements catholiques - sauf la communion. Aîné de cinq enfants, il dut cesser d’aller à l’école dès que son père fut mobilisé en 1914. Il suivit par la suite, des cours par correspondance. Il effectua le service militaire dans l’aviation à Istres (Bouches-du-Rhône). Agriculteur, propriétaire, puis commerçant en produits du sol, il redevint agriculteur pendant la guerre. Il s’était marié dans la commune en novembre 1931. Le couple eut deux garçons.
Delorme fut élu conseiller municipal de Vinon, le 5 mai 1935 avec 147 voix sur 304 inscrits et le demeura jusqu’à la fin de la guerre. Sympathisant socialiste, il vota en 1936 pour le député sortant Carmagnolle* passé au PSDF et au deuxième tour pour le communiste Gaou*. Il était membre de la coopérative vinicole : « Le Trait d’Union ». Mobilisé au début de la guerre dans l’artillerie à Nîmes comme conducteur de camions, non réélu en 1945, il redevint conseiller municipal en 1947 sur une liste dirigée par un communiste et en 1953, date à laquelle il fut élu maire, classé comme « divers gauche » par la fédération SFIO du Var. Il fut réélu à ce poste en 1959 et en 1965.
Après le décès de Philibert, conseiller général socialiste du canton de Rians, le congrès socialiste SFIO, en mars 1952, l’avait désigné comme candidat bien qu’il n’appartienne pas au Parti. Il présidait la coopérative vinicole depuis 1950. Candidat « socialiste indépendant », il obtint 711 voix sur 2 243 inscrits et fut élu au deuxième tour, le 6 avril 1952, avec 894 voix. Il siégeait au conseil général parmi les « apparentés ». Lors du renouvellement de 1955, la section socialiste SFIO de Ginasservis souhaitait qu’il soit mis en demeure de donner son adhésion au Parti. Il fut réélu le 17 avril 1955 avec 1 075 voix sur 2 261 inscrits et le demeura jusqu’en 1973.
En 1952, Delorme participait à la deuxième commission (travaux publics, bâtiments départementaux, vicinalité) et à la sous-commission de l’Hydraulique pour l’extension du canal du Verdon. Secrétaire du conseil général en décembre 1953, il faisait aussi partie de la commission des transports. Membre de la commission départementale en 1955, il appartenait, à partir de cette date, à la troisième commission (Agriculture Instruction publique, vœux), et à la commission de surveillance des colonies de vacances.
En 1982, il présidait toujours la coopérative vinicole « Le Trait d’Union ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article22110, notice DELORME André, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 2 M 7.24.3, 2 M 7.35.4, 1 Z 2.2. — Arch. Com. Vinon. — Arch. J. Charlot (CRHMSS). — Presse locale. — Renseignements fournis par la coopérative vinicole et par l’intéressé.

Version imprimable Signaler un complément