TOURNE Jacques

Par Jean Belin

Né le 31 janvier 1945 à Clamecy (Nièvre) ; cheminot ; syndicaliste CGT de Côte-d’Or et militant communiste ; conseillé du salarié ; militant associatif

Fils de Pierre Tourne, ouvrier agricole, engagé à la CGT et volontaire dans les Brigades Internationales en Espagne de 1937 à 1938, et de Fernande Baron, factrice à la Poste, Jacques Tourne termina sa scolarité avec un CAP de mécanique agricole en 1962. Il exerça tout d’abord le métier de soudeur à l’arc avant de devenir cheminot en 1966 au triage de Gevrey-Chambertin (Côte-d’Or). Il s’engagea à la CFDT la même année, qu’il quitta en juin 1970 pour rejoindre la CGT en mars 1971. Dès lors, Jacques Tourne assuma diverses responsabilités dans son syndicat et dans plusieurs mandats professionnels. Il fut élu au Comité Mixte d’Etablissement de 1972 à 1982 à Perrigny-Gevrey, délégué du personnel de 1982 à 1998, au comité d’établissement (CE) de 1982 à 1998, ainsi qu’au comité central d’entreprise (CCE) de la SNCF à Paris de 1994 à 1998 où il présida la commission logement.
Il fut par ailleurs secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Dijon-Sud en 1992, secrétaire du comité technique d’exploitation (CTE) de la Région de Dijon, membre du bureau du secteur Régional des cheminots de Dijon. Il milita sur le plan interprofessionnel, où il fut membre de la commission exécutive de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or au congrès de 1983, et conseiller du salarié de 1998 à 2007. Il participa comme délégué à plusieurs congrès de sa Fédération. Retraité depuis le 31 janvier 2000, il fut secrétaire de la section des retraités cheminots de Dijon pendant 18 ans, membre de la CE de l’Union des sections de retraités (USR) en octobre 2003. Sur le plan politique, il s’engagea au PCF de Côte-d’Or dont il fut secrétaire de la section des cheminots en 1972 et membre du Comité fédéral en 1975. Il milite sur le plan associatif à la Confédération nationale du logement (C.N.L.), où il est responsable dans sa commune de résidence. Domicilié au 1 impasse du Buisson-Rond à Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d’Or). Il se maria avec Françoise Vayrou, institutrice, militante de la FSU et du PCF et eurent deux filles.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article220641, notice TOURNE Jacques par Jean Belin, version mise en ligne le 22 décembre 2019, dernière modification le 28 novembre 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. IHS CGT 21, fonds de l’UD et du syndicat des cheminots. — Témoignages de Jacques Tourne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément