JEAN Félix, Achille

Par Hugues Lenoir

Né le 30 mars 1899 à Essonne (Seine-et-Oise, Essonne), mort le 12 avril 1971 ; ouvrier ferreur puis à EDF-GDF ; militant CGT.

Manifestation de 1936, Félix Jean au 2e rang, premier à gauche (casquette claire).

Né à Essonne, rue Louis Robert (Seine et Oise), de nationalité belge puis naturalisé français dans les années 1940. Il résida à Versailles au 62 ter avenue de Saint-Cloud de la fin des années 1950 et jusqu’en 1971. Il fut marié avec Madeleine Fouillet, ouvrière un temps chez Singer, avec laquelle il eut une fille Monique née en 1941.

Il était le fils de Jean Joseph Isidore né à Serqueux (Seine-Inférieure) en 1870, terrassier, ouvrier itinérant du bâtiment puis chef de chantier, de nationalité belge, il était l’époux de Camille Albertine Brismontier.

« Appelé à l’activité », c’est-à-dire sous les drapeaux le 18 avril 1918, il fut déclaré insoumis en France le 5 juin 1918 puis incorporé au 5e régiment d’infanterie en 1924. Il obtint un non-lieu la même année car il s’était engagé comme volontaire dans l’armée belge de décembre 1917 à septembre 1919. Il fut mobilisé en 1940 au 21e régiment d’infanterie coloniale à Ivry sur Seine.

Il travailla d’avril 1923 à mai 1924 comme serrurier chez Albert Rossi à Montreuil, puis de décembre 1926 à mai 1927 quai de Javel chez Citroën et par la suite chez Peugeot et Renault en 1931 en qualité de « ferreur ». Enfin, il fut ouvrier dans l’industrie gazière (puis EDF-GDF) à Versailles de 1934 jusqu’en 1955 où il est mis en retraite. Il y exerça comme serrurier, soudeur, forgeron. Dans les années trente, il habitait 62ter avenu de Saint-Cloud à Versailles et milita au Syndicat des personnels des industries énergétiques de la Région parisienne. Il eut à cette époque une période de chômage comme en témoigne le tampon "inactivité" sur sa carte syndicale.
C’est durant le Front populaire en 1936 qu’il fut le plus actif à la CGT. Il participa alors à toute une série d’action dans son lieu de travail (grève, manifestations, « carnaval ») et dans la ville de Versailles. CGT à laquelle il semble être resté adhérent jusqu’à sa retraite.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article220571, notice JEAN Félix, Achille par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 22 novembre 2019, dernière modification le 22 novembre 2019.

Par Hugues Lenoir

Manifestation de 1936, Félix Jean au 2e rang, premier à gauche (casquette claire).
Grèvistes de 1936, section du gaz, à Versailles
Jean Félix, grève de 1936 à Versailles, Jean Félix est au premier rang avec un chapeau rond

SOURCES : Archives personnelles : famille Campens (petits enfants).

Version imprimable Signaler un complément