ANCELIN Pierre

Par Jean-Joseph Chevalier

Né le 12 novembre 1823 à Cognac (Charente), mort le 11 novembre 1892 à Cholet (Maine-et-Loire) ; teinturier, commis maréchal-ferrand ; républicain.

Un « État des individus […] qui doivent être surveillés à perpétuité » en date du 27 février 1858 signale « Ancelin, à Cholet, 35 ans, commis maréchal-ferrant chez M. Turpault [Alexandre Turpault], le plus influent des démagogues de l’arrondissement. ». Un rapport du sous-préfet au préfet rédigé aussi en février 1858 le présente comme l’instrument de Turpault, son employeur. Celui-ci, est-il écrit, « se sert du nommé Ancelin et de ses employés pour exercer de l’influence sur ses ouvriers. » Ancelin partageait les convictions républicaines de son patron. Il resta à l’écart du mouvement ouvrier organisé qui émergea à Cholet au début des années 1880 mais demeura dans la mouvance républicaine. Élu conseiller municipal en mai 1892, il fut le second adjoint du maire républicain de Cholet, Victor Marie-Baudry, de mai 1892 jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article219569, notice ANCELIN Pierre par Jean-Joseph Chevalier, version mise en ligne le 17 octobre 2019, dernière modification le 17 octobre 2019.

Par Jean-Joseph Chevalier

SOURCES : Arch. dép. Maine-et-Loire, 21 M 200 bis, d’après F. Simon, La Marianne, société secrète au pays d’Anjou, Angers, 1939 ; Archives mun. Cholet, 1 F 16, 1 K 128.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément