BARAT Raymond, Auguste, dit Dubois ou Lacombe

Par Michel Germain, Dominique Tantin

Né le 30 novembre 1924 à Nantua (Ain), exécuté sommairement le 29 mars 1944 à Alex (Haute-Savoie) ; employé des PTT ; résistant.

Raymond Barat était le fils d’Émile, ouvrier métallurgiste à Cran-Gevrier, et de son épouse Lina Simonin. Cette famille nombreuse (8 enfants) s’installa rue du Jourdil, dans la banlieue ouest d’Annecy. Raymond débuta une jeunesse studieuse, mais l’argent manquait. En 1939, il entra aux P.T.T., où travaillait déjà son frère Albert, qui l’aida à préparer son concours de commis des postes. En février 1944, avant même d’avoir été convoqué pour le STO, il décida de rejoindre les maquisards sur le Plateau des Glières.
Sur le Plateau, il intégra la section Leclerc et prit une part active à toutes les missions et à tous les combats. Après l’ordre de décrochage du 26 mars 1944, il tenta de sortir du massif par le col du Sappey. C’est là, qu’en compagnie de six autres camarades, il fut pris le 27 mars par une patrouille allemande.
Tous furent conduits à la prison de l’école Saint-François, à Annecy. Le 29 mars 1944, il fut emmené avec d’autres jeunes des Glières pour être exécuté au lieu-dit Navoty, commune d’Alex, par les S.S. de la 4è compagnie du 19e Polizei regiment commandée par le capitaine Krist.
Il fut inhumé à Alex, puis son corps fut transféré dans la nécropole militaire nationale de Morette, tombe n°82. Il est déclaré « Mort pour la France » le 11 juin 1945 et homologué FFI. Il figure sur la plaque apposée sur une façade de la Poste centrale d’Annecy, ainsi que sur le Mur érigé à l’entrée de la nécropole et sur la stèle élevée au bord de la route sur le lieu de son exécution, mais pas sur le monument aux morts de Cran, où il habitait.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article219461, notice BARAT Raymond, Auguste, dit Dubois ou Lacombe par Michel Germain, Dominique Tantin , version mise en ligne le 11 octobre 2019, dernière modification le 11 octobre 2019.

Par Michel Germain, Dominique Tantin

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Service historique de la Défense, Vincennes, GR 16 P 31067 (à consulter).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément