GIRARDIN (de) Émile

Né à Paris en 1802, mort à Paris le 27 avril 1881. Député de 1834 à 1848 et de 1877 à 1881. Représentant montagnard du Bas-Rhin, du 9 juin 1850 au 2 décembre 1851.

Fils d’un général, créateur du journal à bon marché, La Presse (1er juillet 1836), il blessa mortellement en duel Armand Carrel (22 juillet 1836).
Pressentant la révolution, Émile de Girardin abandonna son mandat de député, le 14 février 1848. La Presse s’opposa au Gouvernement provisoire, puis au général Cavaignac, qui, le 25 juin, fit arrêter Émile de Girardin, comme une sorte de complice des insurgés parisiens.
En 1849, Émile de Girardin se déclara socialiste et ouvrit les colonnes de La Presse au socialisme et aux questions ouvrières. Le 9 juin 1850, Émile de Girardin battit, dans le Bas-Rhin, grâce à son socialisme de fraîche date, le vieux républicain Lichtenberger.
Montagnard, Émile de Girardin fut éloigné de France pendant quelque temps après le coup d’État. Mais il avait eu de bonnes relations avec Louis-Napoléon et les choses s’arrangèrent bientôt pour lui.
La suite de sa carrière n’intéresserait plus l’histoire sociale, si, lors de la Commune, au printemps 1871, Émile de Girardin n’avait proposé un plan de fédération séduisant pour certains communards.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218815, notice GIRARDIN (de) Émile, version mise en ligne le 2 septembre 2019, dernière modification le 2 septembre 2019.

SOURCE : Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français.

Version imprimable Signaler un complément