HÉNOCQ Alexandre

Par Benoit Willot

Né le 2 février 1858 à Douai (Nord) et mort le 9 janvier 1924 à Joinville-le-Pont (Seine, Val-de-Marne  ; mécanicien chauffeur  ; militant du Parti ouvrier.

Alexandre Isidore Hénocq était le fils de Marie Hemery et de son époux, Benoit Eusèbe Hénocq, ajusteur mécanicien, domiciliés hameau de Dorignies.
Il s’installa dans la banlieue sud de Paris où, forgeron puis machiniste, il séjourna d’abord à Maisons-Alfort (1879), Ivry-sur-Seine (1880), de nouveau Maisons-Alfort, sur le territoire de l’actuelle commune d’Alfortville (1881-1884) puis, à partir de 1886 et jusque sa mort, à Joinville-le-Pont, où il résidait rue du Canal. Toutes ces communes sont dans le département de la Seine (Val-de-Marne).
Marié en août 1879 à Maisons-Alfort avec Louise Virginie Lavaux, couturière, ils eurent au moins cinq enfants, dont trois moururent en bas âge. Sans doute avant 1891, Hénocq était chauffeur machiniste à l’usine élévatoire des eaux de la ville de Paris à Joinville. En 1912, il travaillait dans un autre établissement hydraulique municipal à Bercy (12e arr.). Il fut placé en retraite en mai 1915.
Alexandre Hénocq fit partie des 36 souscripteurs de l’usine des eaux de Joinville « Pour les affamés de Carmaux » en septembre 1895. Il était proche du militant socialiste-révolutionnaire Gustave Charton et fut cité, au moment de l’enterrement de ce dernier en février 1900, comme membre du parti ouvrier.
Le Parti ouvrier était représenté à Joinville depuis 1896 par un groupe qui portait alors le nom de « Les Prolétaires de la rive gauche » et était membre de l’Union socialiste révolutionnaire. Il avait été précédé, à partir d’août 1887, par un groupe d’études sociales et d’action politique de Joinville-Gravelle, rassemblant des habitants de Joinville et de Saint-Maurice, basé dans le quartier du Canal, et déjà animé par Gustave Charton.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218800, notice HÉNOCQ Alexandre par Benoit Willot, version mise en ligne le 1er septembre 2019, dernière modification le 1er septembre 2019.

Par Benoit Willot

SOURCES : Arch. dép. Nord (état-civil, registres matricules). — Arch. dép. Val-de-Marne (état-civil, recensements, listes électorales). — Bulletin municipal officiel Paris, quotidien, 1912-1918. — Voix des communes, hebdomadaire, 1895-1924. — L’industrie du Nord et du Pas-de-Calais, 14 février 1858.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément