HANSEN L. Kain

Soldat de la Kriegsmarine d’origine danoise ; emprisonné de l’école Ernest Renan (Saint-Nazaire, Loire-Inférieure) servant de prison allemande ; exécuté par à l’époque de la Poche de Saint-Nazaire (1944-1945).

L’école Ernest Renan avait servi de prison à l’occupant allemand. Les derniers civils français ayant été transférés à la prison d’arrêt de Saint-Nazaire, le lieu devint un lieu d’interrogatoire, de tortures et d’exécution pour les soldats de la Kriegsmarine à l’époque de la Poche de Saint-Nazaire. En septembre 1945, les autorités française constatèrent le présence d’un charnier de 16 personnes. D’autre corps furent découverts dans les terrains voisins. Un marronnier portait un corde enroulée autour d’un branche. Les enquêteurs conclurent à la présence d’un arbre de pendaison. En tout, 33 corps furent retrouvés, tous achevés d’une balle dans la tête. L. Kain Hansen était à coup sûr l’un d’eux.

Des détenus (sans doute un groupe de Danois, soldats de la Kriegsmarine) laissèrent des graffitis avec leurs noms dans une cellule : PAUL HANSEN, TABAGADERS, R…DEN (Danmark), BUL HANSEN, CAROM RANDER (Danmark), 16/1/44 L. KAIN HANSEN (Danmark).
La date qui figure sur le graffiti, 16/1/44, étonne, mais il s’agit de traces peu lisibles lues par les enquêteurs. En janvier 1944 le lieu était consacré aux prisonniers français.

Charnier de l’école Ernest Renan à Saint-Nazaire (1944-1945)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218468, notice HANSEN L. Kain, version mise en ligne le 14 août 2019, dernière modification le 14 août 2019.

SOURCES  : Arch. Mun. Saint-Nazaire. — Fernand Guériff, Saint-Nazaire sous l’Occupation allemande. Le commando. La poche, Editions des Paludiers, La Baule, 1971. — Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément