CALAIS Henri, Frédéric

Par Christophe Lézenven

Victime civile des combats de la Libération le vendredi 11 août 1944 à Cloyes (aussi dit Cloyes-sur-le-Loir) (Eure-et-Loir).

Le vendredi 11 août 1944, au cours des combats pour la libération de Cloyes (Eure-et-Loir), lors de l’attaque du « pont de Cloyes » par les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), alors qu’il s’était réfugié avec son petit-fils âgé de onze ans dans la tranchée qu’il avait creusée dans son jardin, Henri Calais, soixante-deux ans, demeurant 68 route de Châteaudun, a été tué à bout portant, sans motif semble-t-il, par quatre ou cinq Allemands qui l’avaient aperçu. Les Allemands avaient d’abord tiré dans sa direction plusieurs coups de revolver sans l’atteindre avant de l’obliger à sortir de sa tranchée pour l’abattre d’un coup de fusil dans le ventre, sous les yeux de son petit-fils. Cette exécution sommaire fut suivie d’un vol : les Allemands se sont emparés d’une mallette renfermant 50 000 francs en billets de banque, 170 000 francs de titres au porteur, des bijoux estimés à 20 000 francs et des papiers de famille. Son épouse, Mme Calais ayant voulu récupérer son bien fut menacée par les Allemands et dut les laisser partir.
Le nom de Henri Calais est inscrit sur le monument aux morts de Cloyes-sur-le Loir.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218450, notice CALAIS Henri, Frédéric par Christophe Lézenven, version mise en ligne le 13 août 2019, dernière modification le 13 août 2019.

Par Christophe Lézenven

SOURCES : Arch. Dép. Eure-et-Loir 18 W 101, 20 W 282. — L’Écho républicain de la Beauce et du Perche, lundi 2-mardi 3 octobre 1944. — L’Écho de Brou, mardi 17 octobre 1944. — Sébastien Martin, Résister en Terre de Beauce. De l’oppression à la libération, 2008 ; — Mémorial GenWeb (consulté le 13-08-19).

Version imprimable Signaler un complément