MILANTS OU MILANTZ Marcel, Max, Joseph

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 18 septembre 1920 à Bruxelles (Belgique), exécuté sommairement le 1er septembre 1944 à Talant (Côte-d’Or) ; peintre ; résistant des Forces françaises combattantes (FFC).

Marcel Milants était le fils de Valérie, Léonie, Milants, Veuve Smith, commerçante à Paris.
Il exerçait le métier de peintre et était domicilié à Paris, sans doute chez sa mère. Réfractaire au STO il rejoignit le groupe BOA d’Avot dirigé par Lucien Guillemot. Il entra dans la Résistance comme agent P1 à partir du 1er mars 1943 puis P2 début août 1944, dans la Région D, Groupe Bourgogne-Nord, secteur 3, sous-section 1. Son dossier individuel au SHD mentionne une appartenance au réseau Action Bloc Est CD P3 (Bourgogne) ou encore au BOA CDP3. Le 17 juin 1944, le groupe BOA devint le maquis "Lucius" d’Avot (Côte-d’Or), homologué aux Forces françaises de l’intérieur (FFI). Le 30 août 1944, un side-car ennemi fut signalé au lieu-dit "La Forge", sur la route départementale 19 entre Marey et Avot. Marcel Milants tenait un avant-poste, muni de son FM avec le maquisard Roger Dubois comme pourvoyeur. Il fut capturé par l’ennemi et emmené au siège du Sipo-SD rue Docteur-Chaussier, à Dijon où il fut interrogé pendant cinq heures puis fusillé par la milice le 1er septembre 1944, à Talant (Côte-d’Or). La mairie de Talant n’a pas trouvé la transcription de l’acte de décès dans ses registres.
Il fut homologué comme lieutenant des Forces françaises combattantes (FFC) [SHD Vincennes GR 16 P 419022].
Son nom figure sur la stèle commémorative en bordure de la RN 74, en direction de Langres, peu après "le Logis de Gemeaux", à Gemeaux avec l’orthographe MILANTZ et sur les monuments aux morts, à Avot et Talant (Côte-d’Or). Une impasse de Talant porte le nom de "Sous-Lieutenant Milants".

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article218127, notice MILANTS OU MILANTZ Marcel, Max, Joseph par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 25 juillet 2019, dernière modification le 31 juillet 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Musée de la Résistance en ligne Stèle en hommage à 4 résistants exécutés par les Allemands, Gemeaux (Côte-d’Or) par Paulina Brault.— Gilles Hennequin, Résistance en Côte-d’Or, tome IV, Chapitre VII Les victimes, Dijon 1997.— Archives nationales Guerre de 1939-1945. Archives de l’Amicale des réseaux Action de la France combattante 72AJ/3375.— Mémorial Genweb.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément