CASTERES Jean [pseudonyme dans la résistance : Papillon]

Par Eric Panthou

Né le 25 mars 1924 à Vichy (Allier), exécuté sommairement par fusillade le 18 juin 1944 à à Saint-Julien de Jordanne, commune de Mandailles-Saint-Julien (Cantal) ; teinturier ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Fils de René et de Jeanne Saint-André, Jean Castérès était teinturier. Il était célibataire et habitait Thiers (Puy-de-Dôme), comme ses parents. Il eut deux frères cadets, la famille déménageant de Vichy à Thiers en 1928, là où son plus jeune frère est né cette même année.
Il rejoignit la Résistance le 6 juin 1944 en intégrant la Compagnie Léon, compagnie FTP du Cantal. Son pseudonyme était Papillon.
Il a participé aux combats de Saint-Julien-de-Jordanne. Il a alors été fait prisonnier la nuit du 17 au 18 juin 1944 par les Allemands le 18 juin avec deux autres FTP de sa Compagnie : Henri Bouillot et Antoine Petitout
Ils furent dans un premier temps gardés prisonniers dans la cave d’une maison puis interrogés, l’un d’entre au moins étant frappé, selon un témoin. Il cria qu’il n’appartenait pas au Maquis. Durant la nuit, les soldats Allemands pillèrent la cave du propriétaire qui était négociant en vin.
Puis, à 14 heures, ils furent emmenés et fusillés contre le mur du cimetière vers 14 heures. Les trois jeunes étaient habillés en civil.
Les Allemands justifièrent ces exécutions au nom du fait que les trois hommes avaient été pris les armes à la main (chose non confirmée). Deux furent tués sur le coup, le troisième expira quelques heures plus tard, après le départ des Allemands.
Il a servi dans les FFI au sein de la 1ère Compagnie FTP de Mandailles du 6 au 18 juin 1944. En 1945, il a été reconnu "Mort pour la France".
En mai 1954, il a reçu à titre posthume la carte de combattant volontaire de la Résistance (CVR). Il avait reçu la Médaille militaire en 1952. Il a aussi été reconnu Interné de la Résistance (DIR).
Il a été inhumé à Thiers. Son nom figure sur la Stèle commémorative de Mandailles et sur le Monument aux Morts de Thiers.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article217936, notice CASTERES Jean [pseudonyme dans la résistance : Papillon] par Eric Panthou, version mise en ligne le 13 juillet 2019, dernière modification le 13 juillet 2019.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 4310. dossier demande carte de Combattant volontaire de la Résistance pour Jean Castérès .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 55 : crimes de guerre à Mandailles .— SHD Vincennes, GR 16 P 111287. Dossier Résistant de Jean Castérès (non consulté) .— AVCC Caen, AC 21 P 39553. Dossier Jean Castérès (non consulté) .— MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément