LÉVY Gertrude [épouse Blumensztok

Par Jean-Louis Ponnavoy

Née le 30 décembre 1914 à Niederbronn-les-Bains (Bas-Rhin), exécutée sommairement le 29 janvier 1944 à Malleval (aujourd’hui Malleval-en-Vercors) ; institutrice ; victime civile homologuée résistante.

Gertrude Lévy était la fille de Simon et de Paula Wertheimer. Elle se maria le 28 octobre 1942 à Masgelier (Creuse) avec Moïse Maurice Blumensztok.
Elle fut domicilié successivement en 1929 à Strasbourg (Bas-Rhin), de 1933 à 1939 à Ingwiller (Haut-Rhin), en 1939 à Eymoutiers (Haute-Vienne), en 1941 à Peyrât-le-Château (Creuse) et en 1943 à La Tronche (Isère)
Elle exerçait le métier d’institutrice. Réfugiée de Grenoble et fuyant avec son époux, les rafles de la Gestapo, elle fut arrêtée à Malleval.
Le 29 janvier 1944 au matin, les soldats du 157e régiment de montagne de la Wehrmacht probablement renseignés attaquèrent le maquis de Malleval avec l’aide de la Milice. Le village fut cerné de tous les côtés à partir des falaises et des pas surplombant le cirque. Le piège se referma sur les maquisards qui furent pris sous les feux croisés des mitrailleuses allemandes. 22 maquisards furent tués et 8 civils déportés dont 5 ne reviendront pas des camps. Le village fut incendié et détruit au trois quarts.
Elle fut arrêtée au cours des combats de Malleval puis conduite au lieu-dit "Le Fangeat" en compagnie de Victor Dherbey et Albert Glenat et de trois résistants inconnus. Ils furent exécutés par balle dans la grange Guichard à laquelle il fut mis le feu avec les corps à l’intérieur le 29 janvier vers 15 heures.
Elle est inhumée dans le cimetière israélite, au côtés de son frère Raymond, à Gundershoffen (Bas-Rhin).
Elle obtint la mention « Mort pour la France » en tant que victime civile par avis du ministère des Anciens combattants du 14 novembre 1947, ainsi que le titre de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) et de "Déporté et interné résistant" (DIR) [SHD Vincennes dossier GR 16 P 370388].
Elle reçut à titre posthume la Croix de guerre avec palme et la Médaille de la résistance.
Son frère Raymond Lévy, combattant du Vercors puis sergent-chef du 24e Bataillon de Marche de la 1re D.F.L. fut tué « Mort pour la France » au combat de Grosagny (Territoire de Belfort) le 23 novembre 1944.
Son nom figure sur le monument aux morts 1939-1945 et sur la plaque commémorative 1939-1945 apposée par le "Souvenir Français" au lieu-dit "Le Fangeat", à Malleval-en-Vercors (Isère).
Cette dernière porte l’épitaphe suivante :
"Passant une pensée Ici le 29 janvier 1944 ont été martyrisés brulés par l’ennemi déchainé DHERBEY Victor 43 ans, GLENAT Albert 51 ans, LEVY Gertrude épouse BLUMENSZTOK 29 ans et 3 jeunes non identifiés. C’est le prix de ta liberté".

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article217928, notice LÉVY Gertrude [épouse Blumensztok par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 12 juillet 2019, dernière modification le 13 juillet 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Traces d’Histoire Contemporaine, Paul Brulet, Le maquis de Malleval (Isère).— Musée de la Résistance en ligne 1940-1945 L’anéantissement des camps du maquis de Malleval, 29 janvier 1944.— Articles commémoratifs.— Mémorial Genweb.

Version imprimable Signaler un complément