DAVID Marcel, Eugène

Par Claude Pennetier

Né le 21 avril 1891 à Tours (Indre-et-Loire), mort le 30 novembre 1955 ; agent technique des PTT ; militant communiste puis socialiste ; maire de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne) de 1948 à 1955.

Marcel David
Marcel David
Cliché fourni par son petit-fils, Didier Sy, par l’intermédiaire des Arch. Com. Choisy-le-Roi

Fils des Eugène David (1861-1910), faïencier (il travailla un temps à la faïencerie Boulenger de Choisy-le-Roi) et de Marie-Valentine Destal, domestique puis ménagère originaire du Lot (ses parents s’étaient mariés dans le Lot) domiciliés à Tours. Leurs trois autres enfants naquirent à Ivry-sur-Seine en 1893 (Marius), à Marcq-en-Barœul en 1897 (Yvonne) et à Choisy-le-Roi en 1906 (Lucien). Eugène David était un "rouge", membre du Parti socialiste et volontiers nomade.
Son fils de fut pas baptisé. Il fut membre du Parti social site dès 1907, à seize ans.
Sportif, Marcel David fut champion militaire d’escrime à la baïonnette.Ses deux ans de service militaire devinrent trois avec le loi de juillet 1913 et avant même "la quille" la Première Guerre mondiale éclate. Il fut des combats de Charleroi, de la Marne et de Verdun avec le grade de caporal puis de sergent. Il obtint la Croix de guerre, la Médaille militaire et fut blessé par un éclat d’obus en octobre 1918. Son mariage eut lieu le 26 mai 2017.
Marcel David, employé de commerce puis agent technique des PTT depuis fin 1919, était secrétaire de la section communiste de Choisy-le-Roi (Seine) en 1923 ; une photographie de l’époque le montre à cette époque collant une affiche pour la libération d’André Marty. Il quitta le PCF à la suite de l’exclusion d’Henri Baroux* en 1928 puis se tint un temps hors des organisations politiques avant d’adhérer au Parti socialiste SFIO en 1935 avec seize de ses camarades.

Résistant Libération-Nord, des réunions se tinrent à son domicile 10 rue André Chenier à Choisy, notamment avec Édouard Depreux*, il utilisa ses activités professionnelles de réparateur des lignes téléphoniques dans les égouts de Paris pour saboter des lignes utilisés par les Allemands. Il participa )à la Libération de Choisy-le-Roiet réussit à empêcher la destruction du pont en août 1944.
représentant du Mouvement Libération au Comité local de Libération de Choisy-le-Roi et vice-président de la délégation spéciale mise en place par arrêté du 27 octobre 1944, il continua à siéger au conseil municipal à l’issue du scrutin du 19 octobre 1947 (municipalité Louis Lantheaume). Retraité des PTT, il devint maire le 25 juin 1948 avec le soutien de la droite pour faire barrage aux communistes et fut maintenu dans ses mandats le 5 mai 1953. Très hiostile au Parti communsite, il refusa de serrer le main de Maurice Thorez* qui visitait Choiy, ville de sa circonscription.

Il mourut en fonction le 30 novembre 1955 à Choisy. Henri Sergent* lui succéda à la première magistrature municipale.
Juste avant sa mort, il avait été pressenti par le Parti socialiste SFIO pour être candidat aux législatives de janvier 1956 ; il se préparait à entrer en campagne.

Il possédait de nombreuses médailles militaires et de la Résistance (1947). Il s’était marié le 14 mai 1917 à Choisy-le-Roi avec Marie Rigaud et le 26 octobre 1951 à Montrouge, avec Georgette Vergne.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article21602, notice DAVID Marcel, Eugène par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 novembre 2018.

Par Claude Pennetier

Marcel David
Marcel David
Cliché fourni par son petit-fils, Didier Sy, par l’intermédiaire des Arch. Com. Choisy-le-Roi
André Marty en 1922. ">
Marcel David (à gauche) collant des affiches pour l’amnistie d’André Marty en 1922.

SOURCES : BMP, bobine 122. — Témoignages oraux. — Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. — G. Blanc-Césan, Les maires du Val-de-Marne, 1988. — État civil de Tours. — Notes de Didier Sy, son petit-fils côté maternel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément