VOLTCHONOK Khassia, épouse Kneler

Par Marianne Enckell

Née à à Iekaterinoslav, le 19 juillet 1891, émigrée à Paris. Anarchiste.

Khassia Voltchonok (ou Woltchenok) épousa Moïse Kneler à Paris en 1912.
En décembre 1913, le couple s’installa à Genève, où Kneler se présentait tantôt comme menuisier, tantôt comme étudiant. Il participa aux activités de la Fédération des unions ouvrières de la Suisse romande (FUOSR) et suivit les réunions du Réveil communiste anarchiste avec Khassia.
En mars 1915, Kneler gagna Londres où il reprit contact avec les compagnons anarchistes. Après que Khassia l’ait rejoint, ils vécurent au 55, Bartholomew Road, à Kentish Town. Lui travailla comme mécanicien dans l’industrie automobile, et elle comme assistante d’un dentiste.
De retour à Paris, ils créèrent début janvier 1919, avec le frère de celle-ci, il créa la maison d’édition de cartes postales Dounowetz Wolf, 51, rue de Lancry, à Paris 10e. Le 4 janvier, le couple s’installa au 8, rue de Marseille, à Paris 10e.
Au mois de mai, Kneler fut condamné à six mois de prison, pour avoir tiré un coup de feu dans la cour de l’Élysée en signe de protestation contre l’intervention alliée en Russie. Khassia, pour laquelle l’arrêté d’expulsion avait été réactivé, fut internée au camp de concentration de Fleury-en-Bière (Seine-et-Marne).
Après avoir refusé la grâce que lui accordait le président Poincaré, Kneler fut malgré tout libéré. Il sortit de la Santé le 30 mai. Khassia, alors internée au camp d’Ajain (Creuse), fut libérée le 4 juin 1919.
Lorsque Kneler fut délégué au congrès de l’Internationale syndicale rouge à Moscou, en juillet 1921, Khassia Voltchonok l’avait-elle accompagné ? Elle y était en tout cas toujours en novembre 1921, pour servir de guide à l’ancien secrétaire général de la CGT Victor Griffuelhes et à Jean Gaudeaux. Alors que les autorités soviétiques refusaient de la laisser quitter le territoire, les deux syndicalistes intercédèrent pour lui obtenir un visa. Sans succès : à la frontière lettone, la Tchéka arrêta la militante, malgré les protestations de Griffuelhes auprès de Trotsky et de Lozovsky. Elle devait, par la suite, réussir à rejoindre la France.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article215671, notice VOLTCHONOK Khassia, épouse Kneler par Marianne Enckell, version mise en ligne le 22 mai 2019, dernière modification le 22 mai 2019.

Par Marianne Enckell

SOURCES : Notice Moïse Kneler.

Version imprimable Signaler un complément