MAINGRAUD Marius, Maurice

Par Dominique Tantin

Né le 6 décembre 1890 à La Rochelle (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; sans profession ; victime civile.

Marius Maingraud était le fils de Louis et de Marie Geneviève Mainguenaud. Le 31 août 1914, à La Rochelle (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), il épousa Marie Négrot* née le 9 décembre 1895 à Javerdat (Haute-Vienne). De cette union naquirent deux enfants.
Marius Maingraud, qui avait effectué son service militaire d’octobre 1911 à novembre 1913, fut mobilisé d’août 1914 à février 1919. Il servit d’abord dans l’infanterie et fut promu caporal le 3 octobre 1914. Le 13 avril 1915, il fut blessé à la tête par un éclat d’obus, ce qui provoqua une commotion cérébrale. Il fut cité à l’ordre de la brigade le 25 avril suivant au motif d’« avoir refusé son pansement avant que celui de ses hommes ne soit effectué. » En décembre 1917, reconnu inapte pour l’infanterie, il fut affecté au COA [?]. Il termina la guerre au grade de sergent et fut décoré de la Croix de guerre et de la médaille interalliée.
Le couple vécut dans la région parisienne au cours des années 1920 et il eut deux enfants. Marius Maingraud exerça successivement les métiers de coiffeur, d’épicier et de restaurateur.
Repliés à Oradour-sur-Glane, Marius Maingraud et son épouse furent tous les deux victimes du massacre commis par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich. Marius Maingraud fut mitraillé et brûlé dans l’une des granges où furent abattus. Son épouse périt brûlée dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants.
Marius Maingraud obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article215543, notice MAINGRAUD Marius, Maurice par Dominique Tantin, version mise en ligne le 17 mai 2019, dernière modification le 17 mai 2019.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — Registre matricule en ligne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément