LAMBERT André, Marcel

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 27 mars 1920 à [Le] Creusot (Saône-et-Loire), exécuté sommairement le 25 août 1944 à Granges (Saône-et-Loire) ; électricien ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI)

André Lambert était le fis de Jean-Louis et de Marie Germaine Voland. Il était célibataire et domicilié à Saint-Désert où vivait sa mère devenue veuve. Il exerçait le métier d’électricien.
André Lambert appartenait à la Résistance locale. Le 25 août 1944, le village de Granges fut incendié et André Lambert fut abattu froidement à sept heures du matin, au lieu-dit "Les Ponts", au croisement des rues de la Collonge et des Moulins, d’une balle dans le cou par le milicien Joseph Gressard qui sera condamné à mort et exécuté le 10 mai 1945. Un autre résistant, Théodore Bouquain non mentionné avec lui dans l’article de Saint-Émiland fut assassiné à ses côtés. Selon les indications apposées sur la stèle commémorative, ils furent froidement fusillés par les allemands pendant l’incendie du village.
L’acte de décès fut dressé le 27 août sur la déclaration de René Voland, 24 ans, cultivateur à Granges, oncle du défunt.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès le 2 septembre 1949.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR) [SHD Vincennes dossier GR 16 P 333266].
Son nom figure sur la stèle commémorative, rue de la Collonge, à Granges, et sur le monument aux morts, à Saint-Désert (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article215530, notice LAMBERT André, Marcel par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 16 mai 2019, dernière modification le 16 mai 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Saint Emiland 12 août 1944 - Sur les traces de Saint Emiland.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès)

Version imprimable Signaler un complément