MERCIER Pierre

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 10 février 1921 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), mort en action le 27 décembre 1943 à Granges (Saône-et-Loire) ; cheminot ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Pierre Mercier était le fils de Charles, manœuvre et de Françoise Martin, sans profession, domiciliés à Saint-Vallier (Saône-et-Loire). Il était célibataire et domicilié à Saint-Vallier.
Il était entré à la SNCF à Montceau-les-Mines et était surnommé "Petit-frère". Il entra dans la Résistance à l’automne 1943 comme chef d’un groupe FTP à Montceau-les-Mines. Il devint responsable militaire des Francs-tireurs et partisans (FTP) pour la Saône-et-Loire puis avec d’autres, il rejoignit le maquis de La Charmée près de Chalon-sur-Saône. Les Allemands attaquèrent le maquis pour le démanteler le 27 décembre 1943. Il fut tué au combat à quinze heures dans le bois de Granges, au lieu-dit "Bois Chardonnet", à Granges.
Il est inhumé dans l’ancien cimetière, à Saint-Vallier (Saône-et-Loire).
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur son acte de décès et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) le 5 novembre 1956.
Son nom figure sur la stèle commémorative à Granges, sur le monument aux morts et la plaque commémorative dans l’église, à Saint-Vallier (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article215526, notice MERCIER Pierre par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 16 mai 2019, dernière modification le 16 mai 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Article sans nom d’auteur dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris, 2017.Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

Version imprimable Signaler un complément