MENDZYLEWSKI Isaac [alias LEMAIRE Gilbert]

Par Daniel Grason

Né le 20 novembre 1923 à Varsovie (Pologne), mort à Auschwitz à une date inconnue ; militant communiste ; résistant FTP-MOI ; victime de l’antisémitisme.

Yankiel et Lerman, Dobra-Loba, ses parents travaillaient depuis 1936 dans leur atelier de confection pour hommes au 45, rue des Petites-Écuries à Paris (Xe arr.). Isaac Mendzylewski était domicilié en 1941 sous le nom de Gilbert Lemaire au 366 bis rue de Vaugirard à Paris (XVe arr.). Il adhéra en juin 1941 aux Jeunesses communistes, entra à l’Organisation spéciale qui devint les Francs-tireurs et partisans (FTP).
En mai 1942 le responsable du groupe « Julien Priède » alias de Salomon Stekols lui présenta deux autres militants « Simon » et « Nathan ». Le 18 septembre « Julien Priède » lui confia un engin explosif, il lui expliqua que le dispositif d’allumage était constitué d’une mèche à combustion lente.
L’objectif était de faire sauter l’un des réservoirs d’eau de la SNCF du réseau de chemin de fer Nord situé dans les dépendances du boulevard de La Chapelle (XVIIIe arr.). Vers 21 heures 30, il était sur place en compagnie de « Simon » et de « Nathan », non armé ils devaient faire le guet.
À l’angle du boulevard de La Chapelle et de la rue du faubourg Saint-Denis, Isaac Mendzylewski escalada le mur d’enceinte, déposa l’engin explosif le long du réservoir, puis alluma la mèche, le temps de combustion était de cinq minutes. Il descendit du mur, retrouva « Simon » et de « Nathan », tous les trois prirent séparément la fuite. Alors qu’il était près du métro Barbès, Isaac Mendzylewski entendit l’explosion. Il retourna sur les lieux quelques jours plus tard pour évaluer les dégâts.
Isaac Mendzylewski participa le 28 août 1942 vers 22 heures 30 à une action contre un local du Mouvement Social Révolutionnaire (MSR) d’Eugène Deloncle au 226 rue de Vaugirard (XVe arr.). Un engin incendiaire fut lancé contre la devanture de la permanence, l’engin n’explosa pas. Il déposa également avec ses compagnons une bombe dans un camion militaire allemand qui stationnait cours de Vincennes.
Le commissaire Fernand David, commissaire de la BS1 a été chargé de l’enquête. Le 15 octobre 1942, les trois résistants étaient interpellés par des inspecteurs des Brigades spéciales. Au domicile d’Isaac Mendzylewski les policiers saisissaient une bombe à allumage par mèche, une bouteille contenant un mélange incendiaire, ainsi que des brochures d’instruction militaire sur le fonctionnement des armes automatiques. Isaac Mendzylewski participait également à la diffusion de tracts du Parti communiste clandestin.
Interrogé, Isaac Mendzylewski déclara : « En juin 1941 j’ai adhéré au groupement clandestin des Jeunesses communistes. […] J’ai été amené à militer au sein de l’Organisation spéciale des Francs-tireurs et partisans. » Il assuma sa responsabilité dans les actions auxquelles il participa.
Le 17 octobre, le commissaire David écrivit que « Stekols, Mendzylewski et Kupper ayant reconnu […] être les auteurs de plusieurs attentats commis contre les biens où les personnes allemandes, ces trois individus ont été revendiqués par les services de police des troupes d’occupation et déférés au Sonderkommando 4 B (Hôtel Bradford). » Lieu où ils furent certainement torturés.
Le 11 février 1943, Isaac Mendzylewski était dans le convoi n° 47 à destination d’Auschwitz (Pologne). Neuf cents quatre-vingt-dix-huit détenus hommes et femmes étaient dans ce transport, 802 furent gazés dès l’arrivée, 143 hommes et 53 femmes sélectionnés subirent le même sort. Quand l’armée Soviétique libéra le camp le 27 janvier 1945, il ne restait que dix survivants dont une femme.
Le nom d’Isaac Mendzylewski ne figure pas dans le dossier de la Commission rogatoire du 9 janvier 1945 qui examina l’activité du commissaire Fernand David. Celui-ci a été jugé après la Libération, condamné à mort, et exécuté le 5 mai 1945.
Yankiel Mendzylewski, son père écrivit le 24 mars 1947 au Préfet, il désirait connaître « les circonstances exactes de son arrestation, les mobiles de son incarcération, et le cas échéant, les services rendus par lui, à la cause de la France. » Le 8 août, un « certificat » signé du chef de bureau était délivré aux parents : « Le Chef du 1er Bureau certifie que M. Mendzylewski, Isaac, né le 20 novembre 1923 à Varsovie (Pologne), a été arrêté le 10 octobre 1942 pour activité politique et actes de résistance, puis Déporté en Allemagne. » Le commissaire de la Porte Saint-Denis a été chargé de transmettre le certificat.
Isaac Mendzylewski a été homologué Déporté interné résistant (DIR).
Sur le mur des noms au Mémorial de la Shoah 17 rue Geoffroy-l’Asnier à Paris (IVe arr.) a été gravé le nom de Isaac Mendzylewski.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article215237, notice MENDZYLEWSKI Isaac [alias LEMAIRE Gilbert] par Daniel Grason, version mise en ligne le 4 mai 2019, dernière modification le 21 mai 2019.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. GB 068, GB 110, 1 W 277-81154, 77 W 942-204992 (dossier Fernand David). – Bureau Résistance GR 16 P 410386. – Jean-Marc Berlière avec Laurent Chabrun, Les policiers français sous l’Occupation, Éd. Perrin, 2001. – Site internet du Mémorial de la Shoah.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément