BARY Marguerite, Pauline

Par Rolf Dupuy, Marianne Enckell

Au début de 1923, Marguerite Bary partageait un appartement à Paris, 8 rue Lécuyer, avec Germaine Berton et Armand Gohory (ou Gohary). Elle partit pour l’Espagne peu avant que Berton tue Marius Plateau.
Elle revint probablement en France après l’acquittement de Germaine Berton. En 1924, Marguerite Bary habitait Le Perreux, 35 rue Gallieni, avec son compagnon Carlo Bianchi. Elle travaillait à l’époque comme employée de bureau à l’usine Vaucanson où son compagnon était ouvrier tourneur outilleur. Elle était membre de l’Union anarchiste et de la Jeunesse anarchiste autonome.
A l’été 1936, habitant Levallois-Perret, elle s’occupait du parrainage des miliciens de la Colonne Durruti et notamment de ceux de la centurie Sébastien Faure.
Après la seconde guerre mondiale elle habitait 5 rue Delambre (Paris 14) et son domicile figurait toujours en 1950 sur la liste des domiciles anrchistes à surveiller.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article214993, notice BARY Marguerite, Pauline par Rolf Dupuy, Marianne Enckell, version mise en ligne le 28 avril 2019, dernière modification le 28 avril 2019.

Par Rolf Dupuy, Marianne Enckell

SOURCES : CAC Fontainebleau 200 10216/171 — APpo BA 1899, rapport de septembre 1927 — APpo BA 1900 — Richard Sonn, Sex, violence and the avant-garde : Anarchism in interwar France, Pennsylvania State University Press, 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément