GILLES Roger, Léon

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 29 août 1917 à Lons-le-Saunier (Jura), massacré le 25 avril 1944 à Saint-Didier (Jura) ; inspecteur de police ; résistant de l’armée secrète (AS) de Lons-le-Saunier et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Roger Gilles était le fils de Marthe Marie et de père inconnu. Il était domicilié à Lons-le-Saunier où il exerçait le métier d’inspecteur de police.
Il entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS), à Lons le Saunier (Jura).
Depuis la fin de 1942, le village de Saint-Didier accueillait et hébergeait les Alsaciens Lorrains fuyant l’armée allemande et les jeunes réfractaires au STO. Le village devint un fief de la Résistance qu’il aidait par des dépôts d’armes dans les granges, des caches de véhicules et en favorisant l’activité du maquis.
Le 20 avril 1944, des maquisards conduits par Jean-Paul Guyot alias Guérin, chef de la Résistance locale et parmi lesquels était Roger Gilles aperçurent deux hommes du SD qui était connus comme tortionnaires. Ils les attaquèrent et les tuèrent après un court engagement. Jean-Paul Guyot fut grièvement blessé dans l’action et sera assassiné quelques jours après. La réaction allemande sera très dure et le 25 avril une colonne allemande encercla le village à la recherche des armes entreposées et des résistants ayant tué les deux policiers. En représailles huit hommes furent fusillés et onze maisons incendiées.
Roger Gilles fut arrêté à Lons le Saunier le 24 avril et conduit à Saint-Didier le lendemain. Il fut martyrisé et mutilé avant d’être abattu. Son corps fut retrouvé carbonisé dans les décombres d’une des maisons incendiées
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de décès le 29 janvier 1946 et fut homologué aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le mémorial des victimes du 25 avril 1944, à Saint-Didier et sur le monument aux morts, à Lons-le-Saunier (Jura).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article214707, notice GILLES Roger, Léon par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 17 avril 2019, dernière modification le 17 avril 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal "La Voix du Jura" du 7 mai 2003, Saint-Didier : Les souvenirs d’André Bezin.— Journal "Le Progrès" du 26 avril 2016, Le 25 avril 1944, la répression allemande frappe le village et Le massacre du 25 avril 1944 dans les mémoires.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne et Musée de la Résistance Nantua G.F. Jurassien calvaire de Jean Guérin.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément