PARIS Jules, Adrien

Par Richard Dujon

Né le 2 avril 1878 à Saint-Mars-la-Brière (Sarthe) ; coutelier, vendeur de journaux, chef d’équipe ; antimilitariste, anarchiste, révolutionnaire.

Jules Adrien Paris naquit à Saint-Mars-la-Brière (Sarthe), fils de Julien Alexandre Paris, ouvrier papetier et de Juliette Marie Joséphine Lautru, ouvrière papetière.
Coutelier rue de Lyon à Thiers, il se maria le 21 novembre 1904 à Marie Louise Defosse, fille de Jean Defosse, coutelier et de Anne Blanzat.
En septembre 1911 il se livra à la propagande anarchiste. Il avait soupçonné d’avoir saboté la voie de chemin de fer lors de la grève de Draveil-Vigneux (Seine et Oise) en 1908.
Travaillant chez Mr Barge rue de la fraternité comme coutelier depuis 1908, il fut inscrit au carnet B le 15 juillet 1911, car il professait des opinions anarchistes et révolutionnaires. Il fit également, selon la police, une propagande antimilitariste.
En février 1914, avec son ami de Francisque Faye, ils vendaient le journal Le parisien à Monceau-les-Mines (Saône-et-Loire).
En mars 1914, il participa à toutes les conférences anarchistes.
Ouvrier coutelier à Thiers le 28 décembre 1914, il rejoignit le 18e régiment d’artillerie. Classe de 1898 du recrutement de Riom.
En juin 1920, il était membre du comité de grève et a pris part activement au mouvement de grève général à Thiers (Puy-de-Dôme).
Il était chef d’équipe de l’usine de Brandt à Thiers en avril 1921.
Jugé encore dangereux le 14 décembre 1921, il tojours inscrit au carnet B, il habitait alors 2 rue Carnot à Thiers et était employé de Brandt (appareilles électrique).
Il est possible qu’il soit parti après 1921 dans l’usine de Brandt de Dreux (Eure-et-Loir).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article214550, notice PARIS Jules, Adrien par Richard Dujon, version mise en ligne le 13 avril 2019, dernière modification le 14 avril 2019.

Par Richard Dujon

SOURCES : Archives départementales de la Sarthe : État civil - Archives départementales du Puy-de-Dôme : État civil, M 3886.

Version imprimable Signaler un complément