DANJOU René

Par Claude Pennetier

Né le 23 mars 1902 à Thézan (Aude), mort le 10 octobre 1979 à Lezignan-Corbières (Aude) ; sous-chef de gare ; militant socialiste SFIO ; maire adjoint de Noisy-le-Sec (Seine, Seine-Saint-Denis).

Fils d’un cultivateur et d’une mère sans profession, René Danjou, employé de chemin de fer (manœuvre à la Compagnie de l’Est sur les listes nominatives de recensement de 1931), conduisit la liste socialiste SFIO de Noisy-le-Sec lors des élections municipales du 5 mai 1935, 5e sur 27. Selon l’Humanité les socialistes recueillirent en moyenne 930 voix, les communistes 1 710 et la liste de droite 2 220. René Danjou et le communiste Félix Routhier* formèrent pour le second tour une liste de Front populaire comprenant dix-huit communistes, six socialistes SFIO (Danjou, Henri Bergeret, Fernand Blot, Fernand Hanappé, Pierre Perraut, Marcel Whermuller), deux membres de Jeune République et un radical tendance Camille Pelletan. Tous les candidats de gauche furent élus et l’assemblée municipale désigna René Danjou comme maire adjoint.
Sous-chef de gare en retraite, domicilié 23, rue de Merlan, il fut vice-président de la délégation spéciale installée pendant 1944. Réélu deuxième adjoint au maire socialiste SFIO de Noisy-le-Sec en 1965. René Danjou fut candidat suppléant socialiste SFIO aux élections législatives de 1967 dans la Seine. Il se présenta également aux élections cantonales dans le 5e secteur de la Seine en 1945, puis en 1967 à Noisy-le-Sec.
René Danjou s’était marié en mai 1929 à Noisy-le-Sec avec Mathilde Tréguier, originaire de cette commune, sans profession puis colleuse à Paris et papetière.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article21414, notice DANJOU René par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 ; versement 10451/76/1 ; listes électorales et nominatives. — Arch. OURS, dossier Seine-Saint-Denis. — Profession de foi élections au conseil général de 1945. — L’Humanité, mai 1935. — Ministère de l’Intérieur, Les élections législatives 1967, La Documentation française. — Notes de Gilles Morin et de Marie-Louise Goergen. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément