LEYTON Georges, Édouard [dit Socrate]

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 12 août 1912 à Montmorency (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), mort en action le 10 août 1944 à La Celle-en-Morvan (Saône-et-Loire) ; agent des eaux et forêts ; résistant de l’armée secrète (AS), de l’ORA et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Tombe de Georges Leyton à Cussy-en-Morvan
Tombe de Georges Leyton à Cussy-en-Morvan
SOURCE : Guy-François Verdier maire de Cussy-en-Morvan

Georges Leyton était le fils de Léon Édouard, commis principal des Postes et de Germaine Marie Louise Jeudon, sans profession. Il se maria le 17 octobre 1935 à Paris Xe arr. avec Marie-Reine Savaete, dont il eut une fille, Colette, née en 1939.
Georges Leyton était militaire de carrière. Il s’engagea dans l’armée en 1932. En 1940, il était sous-lieutenant. Après l’armistice, il fut démobilisé et devint garde forestier à Saint-Benin-des-Bois (Nièvre). Il entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) et à l’Organisation de Résistance de l’armée (ORA).
En février 1944, il implanta un groupe armé dans une ferme désaffectée au lieu-dit du Four-Vieux, proche des bois de Mauboux, à Saint-Benin-des-Bois et prit le pseudonyme de "Socrate". Sans cesse harcelé par l’ennemi, il déplaçait son groupe d’une trentaine d’hommes de camp en camp et finit par s’installer en mai dans un endroit isolé sur les hauteurs d’Anost, à Bussy (Nièvre). À la fin du mois de juin, un parachutage permit d’équiper de nouvelles recrues. Le maquis effectuait quotidiennement des coups de main, embuscades et opérations de ravitaillement. Le 10 août 1944 à 14 heures, alors qu’il allait chercher un blessé pour le rapatrier d’urgence sur l’hôpital du maquis, sa voiture conduite par Joseph Neel rencontra un convoi allemand dans un virage, près de La Celle-en-Morvan (Saône-et-Loire). L’ennemi déclencha aussitôt le tir. Le chauffeur ne put enclencher la marche arrière qui ne fonctionnait pas mais réussit à s’échapper. Georges Leyton qui escaladait le talus pour s’enfuir reçut une balle dans la jambe droite qui lui sectionna l’artère fémorale et l’infirmière du maquis, Henriette Marguerite fut grièvement blessée, la rotule fracassée. Après s’être occupé d’elle Joseph Neel porta secours à Socrate aidé par deux habitants qui travaillaient dans un champ à proximité mais il décéda malgré tous leurs efforts. La nouvelle du décès parvint au maquis à 22h30. Georges Leyton restera l’un des chefs les plus populaires de la Résistance du Morvan.
Son corps fut récupéré par deux de ses maquisards et transporté à Miens, quartier général du maquis. Le curé d’Anost refusa l’enterrement. et c’est le maire de Cussy qui accepta d’accueuillir la dépouille. Georges Leyton fut inhumé le 12 août au cimetière communal, à Cussy-en-Morvan (Saône-et-Loire) où il repose toujours aujourd’hui aux côtés d’un de ses maquisards, Marcel Corniot, tué le 26 juillet. .
Il fut homologué au grade de capitaine des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et obtint à titre posthume la Légion d’honneur, la Médaille de la Résistance et la Croix de guerre 1939-1945.
Son nom figure sur les monuments aux morts, à Saint-Benin-des-Bois (Nièvre), Cussy-en-Morvan et La Celle-en-Morvan (Saône-et-Loire) et sur le monument commémoratif en mémoire du maquis Socrate, à La Celle-en-Morvan (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213573, notice LEYTON Georges, Édouard [dit Socrate] par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 16 mars 2019, dernière modification le 11 avril 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

Tombe de Georges Leyton à Cussy-en-Morvan
Tombe de Georges Leyton à Cussy-en-Morvan
SOURCE : Guy-François Verdier maire de Cussy-en-Morvan

SOURCES : Morvan, « terre de résistance » : le maquis Socrate en 1944, thèse de Jean Lachambre, Université Lumière Lyon 2.— Jean-Claude Martinet Histoire de l’Occupation et de la Résistance dans la Nièvre 1940-1944, éditions Delayance, La Charité-sur-Loire, 1987.— Bulletin municipal de La Celle-en-Morvan n° 43, 2014.— Journal de Saône-et-Loire du 31 août 2014, [Le Maquis "Socrate"].— Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

Version imprimable Signaler un complément