MOREL André, Charles, Ferdinand

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 30 juillet 1910 à Villeneuve-lès-Avignon (Gard), mort au combat le 28 août 1944 à Bourguignons (Aube) ; docteur en médecine ; résistant de l’armée secrète (AS) auboise et des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) au maquis Montcalm.

André Morel était le fils de Ferdinand Marie Joseph et de Irma Rose Blanc. Il était marié avec Renée Geneviève Eugénie Bécret dont il eut trois enfants et était domicilié aux [Les] Riceys (Aube). Il était docteur en médecine.
Il était interne de l’hôpital de Saint Lazare et diplômé de la faculté de médecine de Paris.
Il entra dans la Résistance en janvier 1944 à l’armée secrète auboise au Groupe Montcalm et devint médecin du maquis en juillet 1944.
Après la bataille de Mussy-Grancey du 2 au 4 août le maquis se replia dans la région de Troyes où les engagements avec l’ennemi se poursuivirent notamment vers la fin du mois d’août à l’approche des troupes alliées.
André Morel fut tué à l’ennemi lors de l’un d’eux le 28 août 1944 au lieu-dit "Domaine de Foolz", à Bourguignons (Aube).
Son décès fut constaté le 30 août 1944 à 14 heures et l’acte fut dressé le jour même sur la déclaration de Aimé Michelot, âgé de 47 ans, employé à la SNCF.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme médecin capitaine des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) le 26 juin 1947.
Son nom figure sur le monument aux morts et la plaque commémorative aux Riceys, sur le monument commémoratif du 28 août 1944, à Bar-sur-Seine, sur la plaque commémorative du Musée de la Résistance, à Mussy-sur-Seine (Aube), sur le monument aux morts et la plaque commémorative dans l’église, à Villeneuve-lès-Avignon (Gard) et sur la plaque commémorative 1939-1945 de la faculté de médecine de Paris-Descartes, à Paris VIe arr. et la plaque commémorative du jardin Saint-Lazare à Paris Xe arr. (Seine).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213507, notice MOREL André, Charles, Ferdinand par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 mars 2019, dernière modification le 15 mars 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Article du journal Le Bien Public à l’occasion du 20e anniversaire de La bataille de Mussy-Grancey (2, 3, 4 août 1944).— Divers Sites Internet sur le maquis et la bataille de Mussy-Grancey.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

Version imprimable Signaler un complément