COURTOIS Maximilien, Fernand

Par Rolf Dupuy

Né le 24 septembre 1859 à Amiens. Ouvrier tailleur, anarchiste.

A l’âge de 15 ans, Maximilien Courtois quitta le domicile familial pour aller à Paris et devint anarchiste.
Le 6 mai 1878 il fut condamné à Amiens à 8 jours de prison pour “coups et blessures volontaires”, puis le 8 avril 1880 à Paris à 1 mois de prison pour "outrages à agents”. Le 23 mars 1887 la 11ème chambre de la Seine le condamna à 6 jours pour “filouterie”, puis le 26 juillet suivant il fut condamné par la 10ème chambre à 1 mois de prison et 5 francs d’amende pour “outrages à agents et ivresse”.

En septembre 1888, lors d’une période militaire au 28ème Bataillon de chasseurs à pieds, il intervint en uniforme lors d’une réunion publique à Amiens et fit un violent discours anarchiste qui lui valut une punition de 60 jours à la citadelle d’Amiens.

Le 4 septembre 1891 il fut condamné à Lille à 2 mois de prison et 25 francs d’amende pour “abus de confiance” mais ne subit pas sa peine.

A l’automne 1893, sa femme Laure, née Degez, fut arrêtée en flagrant délit de vol et condamnée à 3 mois et 1 jour de prison. Courtois travaillait alors pour le compagnon tailleur Jeanne. Le 9 décembre 1893 il fut arrêté et incarcéré à la prison du Havre.

En août 1894 il quitta Le Havre pour retourner à Amiens où il ne fut pas localisé. A l’automne 1894 il était signalé à Rouen avec l’un de ses enfants âgé de 5 ans. Sa femme était restée au Havre avec ses 3 autres enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213466, notice COURTOIS Maximilien, Fernand par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 27 avril 2019, dernière modification le 14 mars 2019.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : AD Seine Maritime 4 M 2696.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément