DALLONI Marius [DALLONI Gustave, Marius]

Par Gilles Morin

Né le 2 octobre 1880 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 14 avril 1959 à Alger ; professeur à la Faculté des sciences d’Alger, géologue ; franc-maçon et militant socialiste d’Algérie ; député à la deuxième Assemblée nationale constituante.

Marius Dalloni, professeur à la Faculté des sciences d’Alger, fut initié le 29 septembre 1906 à « La Réunion des Amis choisis » de Marseille ; affilié à la loge « Bélisaire » d’Alger, il atteint le 33e grade en 1932 et était conseiller de l’ordre du Grand Orient en 1940.
Dalloni fut candidat socialiste aux élections municipales d’Alger en 1924. Maire adjoint d’Alger durant déjà dix ans en 1938 (probablement élu en 1929), il avait été dissident et participa comme délégué de l’Union socialiste républicaine (USR) à la délégation des élus européens d’Algérie venus appuyer le projet Blum-Viollette à Paris en mars 1938. Il était président de l’USR d’Alger et membre du Rassemblement populaire en mai 1939.
Résistant, Dalloni fut un des reconstructeurs de la maçonnerie en Afrique du Nord et un des trois conseillers chargé de l’épuration et de la réorganisation avec le Comité de Vigilance maçonnique. En 1944, à Alger, il était vice-président du Comité central provisoire de la Ligue des droits de l’Homme (LDH).
Premier adjoint au maire d’Alger en 1945-1947, Dalloni fut élu député SFIO du 1er collège à la deuxième Assemblée constituante (juin 1946-novembre 1946). Il fut élu avec 20 207 suffrages sur 213 842 inscrits et 148 751 votants. Il siégea à la commission de la Constitution. À l’Assemblée, il se fit le défenseur de la colonisation, afin d’apporter l’humanisme désintéressé, critiqua les mouvements séparatiste, leur opposant son idéal d’association des peuples et le projet de construction de l’Union française. De nouveau candidat aux élections législatives de novembre 1946, il fut battu.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article21322, notice DALLONI Marius [DALLONI Gustave, Marius] par Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 juillet 2018.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/113/D. — CAC, 940440, art. 144, dossier 1, 4, 12075. — Arch. OURS, 3AG/1/286, dossier 3. — Le Populaire, 7 mars 1938. — Alger Républicain, 3 mai 1939. — André Combes, La Franc-maçonnerie sous l’Occupation, Éditions du Rocher, 2001, p. 313. — Mahfoud, Kaddache, La Vie politique à Alger de 1919 à 1939, SNED, 1970. — DPF, t. 3, op. cit., p. 249-250.

Version imprimable Signaler un complément