CALDESAIGUES Charles, Élie

Par J. Gaumont

Né le 25 avril 1842 à Paris, mort le 13 mai 1931 aux Ormes-sur-Voulzie (Seine-et-Marne). Employé aux écritures dans les teintureries de Puteaux et Suresnes (Seine). Militant coopérateur à la « Revendication » de Puteaux.

Caldesaigues devint coopérateur dès 1866 à « la Revendication » de Puteaux qui venait d’être fondée par Benoît Malon. Il fut administrateur de cette société.
En 1889, il fut élu membre du conseil d’administration du premier Magasin de Gros. Il avait écrit sur le « Magasin de Gros », en 1896, un article pour le journal l’Union coopérative dont la publication parut inopportune et qui ne fut jamais imprimé.
En 1900, dit-il dans une lettre écrite en 1930, « je donnais ma démission à la "Revendication" de Puteaux et au comité central » — dont il avait été membre depuis 1890 et même secrétaire adjoint de 1897 à 1899 — « la coopération me paraissant entrer dans une voie qui n’était pas celle que j’avais rêvée. Aux mains de quelques meneurs, elle se transformait de plus en plus en arme de combat, c’est-à-dire le contraire du rôle auquel dans ma pensée je la croyais destinée, et pour lequel, dans la modeste mesure de mes moyens, j’avais travaillé ».
Ses articles, tel celui du numéro 19 de janvier 1897 de l’Union coopérative intitulé « Illusion ou Réalité », ou son discours comme délégué du comité central à une fête de « l’Abeille suresnoise » en août 1898, révèlent un coopérateur profondément imbu des idées rochdaliennes exposées par Ch. Gide.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article213213, notice CALDESAIGUES Charles, Élie par J. Gaumont, version mise en ligne le 11 mars 2019, dernière modification le 11 mars 2019.

Par J. Gaumont

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément