ARZOUMANIAN Bédros

Par Astrig Atamian

Né en 1904 près de Kharpert (Harpout en Turquie) , au Parti communiste français en 1926 à Lyon, établi en Arménie soviétique en 1932.

Arménien originaire de l’Empire ottoman, né dans une famille de paysans du village de Yertmnig, Bedros Arzoumanian fut déporté vers Deir-Zor au cours du génocide des Arméniens. Arrivé à Mardin, il parvint à s’échapper de sa caravane. Recueilli dans une famille turque, il servit de domestique jusqu’à la fin de l’année 1916 puis se rendit à Adana (Cilicie). Il étudia pendant un an dans une école arménienne puis se rendit à Beyrouth en 1920 où il intégra le parti hentchak (SD arménien). Il arriva à Marseille le 15 mars 1923. Il y resta deux ans et travailla au sein de la rédaction d’un journal hentchak. En 1925, Bedros Arzoumanian partit à Lyon travailler dans la métallurgie. Il quitta le parti hentchak en décembre 1926 et rejoignit le Parti communiste français. Il s’installa ensuite à Valence. En 1929, il fut nommé Secrétaire du groupe arménien de Valence. Il fut responsable du syndicat et du SRI et membre du HOK (Comité d’aide à l’Arménie, fondé à Erevan en 1921). Il fut chargé de la distribution dans la région drômoise du journal prosoviétique arménien publié à Paris Mer Oughine (Notre Voie). Après avoir passé un an et demi au chômage, Bedros Arzoumanian demanda à émigrer en Arménie soviétique. Il partit en décembre 1932 et s’installa à Nor Kharpert (Nouvelle Kharpert), au 83 de la rue Lénine, et étudia à l’université du PC.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article212957, notice ARZOUMANIAN Bédros par Astrig Atamian, version mise en ligne le 7 mars 2019, dernière modification le 7 mars 2019.

Par Astrig Atamian

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 6344. – CAC, Fontainebleau, 1-29-2095.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément