LELIEVRE Germinal

Par Rolf Dupuy

Né le 14 avril 1901 à Allemond (Isère) ; fendeur d’ardoises ; militant anarchiste de Trélazé (Maine-et-Loire).

Militant anarchiste de Trélazé, Germinal Lelièvre, qui était le fils du compagnon Eugène Lelièvre, avait d’abord milité au Comités syndicalistes révolutionnaires de la CGT, puis au Comité de défense syndicaliste de la CGTU. Dans le journal L’Anjou communiste du 10 juin 1922, il avait fait l’apologie du "syndicalisme anti-étatique". En 1924 il fut candidat (abstentionniste ?) lors des élections législatives dans la 1ère circonscription d’Angers où il aurait obtenu 4 voix. Il fut de nouveau candidat abstentionniste en 1928.

À la fin des années 1920, Germinal Lelièvre avec la quasi totalité du syndicat CGTU des ardoisiers était passé au syndicat autonome adhérent a la CGTSR des ardoisiers de Trélazé et collaborait au Libertaire. Il ne figurait pas semble-t-il sur le Carnet B des années 1930. Fiché par la police comme "un des membres dirigeants de la cellule du parti communiste de Trélazé", il était en fait le secrétaire adjoint du Groupe d’études sociales (fin 1927-janvier 1929) dont le secrétaire était Louis Moreau et fut l’un de ceux qui fit venir dans la région Nicolas Lazarevitch* pour une tournée de propagande.

Il collabora régulièrement au Combat syndicaliste et au Flambeau (Brest).

En 1932 il était le secrétaire du Groupe d’études sociales et le trésorier de l’Union anarchiste de l’Ouest. Est ce lui ou Joseph Le Fouler qui étai le secrétaire du syndicat intercorporatif CGTSR de Trélazé ? Libre Penseur, il fut également l’auteur d’attaques régulières contre les Eglises et le conservatisme social qu’elles engendraient.

Après avoir été membre des divers groupes anarchistes de l’Union anarchiste, et suite aux critiques de cette organisation à l’encontre de la CGTSR, il adhéra vers la fin 1936 à la Fédération anarchiste de langue française (FAF) dont le secrétaire à Trélazé était Joseph Le Fouler.

Pendant la Seconde guerre mondiale, son demi-frère, Henri âgé de 18 ans, sera tué lors d’un bombardement allié sur Trélazé.

Germinal Lelièvre était marié à Jeanne Bouchet*, également militante, et dont il avait un fils prénommé Libre.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article212458, notice LELIEVRE Germinal par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 28 février 2019, dernière modification le 1er mars 2019.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : S. Jospin « La CGTSR… », op. cit. — R. Bianco « Un siècle de presse… », op. cit. — F. Dabouis, « L’Ennemi intérieur : les inscrits au Carnet B en Maine et Loire », Cahiers du Cercle d’études sociales Angevin, n°5, avril 2013 — Arch. Dép. Maine et Loire 4M6. — Notes de Laurent Beaumont

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément