DOUTRE Martial

Par Dominique Tantin

Né le 31 mai 1893 à Saillat, alors rattaché à la commune de Chaillac-sur-Vienne (Haute-Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; menuisier ; victime civile.

Martial Doutre était le fils de Jean, alors âgé de 35 ans et de son épouse Marie Boulesteix, âgée de 30 ans, cultivateurs domiciliés dans le village de Saillat qui fut détaché de la commune de Chaillac-sur-Vienne en 1928 et devint la commune de Saillat-sur-Vienne.
Il s’engagea pour trois ans le 22 mai 1913 et fut affecté au 21e régiment de chasseurs qui fut mis en ligne dans les Ardennes, sur l’Yser, à Verdun… Le 5 mars 1917, Martial Doutre fut reclassé dans les services auxiliaires pour gelure des pieds.
Le 28 avril 1917, il épousa Catherine Laverine à Oradour-sur-Glane où il devint menuisier avec son fils Charles né en 1926.
Martial Doutre fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé et brûlé dans l’une des granges où les hommes furent abattus. Son fils Charles périt dans les mêmes circonstances. Sa femme fut brûlée dans l’église avec les autres femmes et les enfants.
Martial Doutre obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.


Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article211848, notice DOUTRE Martial par Dominique Tantin, version mise en ligne le 13 février 2019, dernière modification le 13 février 2019.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — acte de naissance et registre matricule en ligne (Arch. Dép. Haute-Vienne).

Version imprimable Signaler un complément