TELLES Juan

Par Dominique Tantin

Né le 14 janvier 1899 à Zaragoza, Saragosse (Espagne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; victime civile.

Juan Telles avait épousé Maria Dominguez. Le couple avait trois enfants, Miquel, né le 22 janvier 1933 à Barcelone, Armonia, née le 19 octobre 1936 et Philibert Libertho, né en exil à Limoges le 24 août 1942. Juan Telles avait été détaché par son GTE pour travailler chez M. Jousset à Bellac. Le 10 juin 1944, un samedi, il était présent à Oradour-sur-Glane où sa famille était domiciliée.
Cette famille de réfugiés républicains espagnols fut anéantie lors du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich. Juan Telles périt fusillé dans une grange avec d’autres hommes. Maria Dominguez fut brûlée dans l’église avec les femmes et les enfants d’Oradour-sur-Glane, parmi lesquels ses trois enfants.
Juan Telles obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.


Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article211840, notice TELLES Juan par Dominique Tantin, version mise en ligne le 13 février 2019, dernière modification le 13 février 2019.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément