JOUVRAY Victor

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 24 juillet 1886 à Saint-Trivier-de-Courtes (Ain), massacré le 15 avril 1944 à Sonthonnax (Ain) ; agriculteur ; victime civile.

Victor Jouvray était le fils de Pierre Auguste, âgé de 40 ans, cultivateur et de Marie Céline Pauget, âgée de 38 ans. Il se maria le 25 janvier 1913 à Sonthonnax (Ain) avec Marie Gouilloux. Il exerçait le métier de cultivateur à Izernore.
Il fit son service militaire au 23e régiment d’infanterie du 8 octobre 1907 au 25 septembre 1909. Il fut mobilisé le 1er août 1914 au 133e régiment d’infanterie, à Belley (Ain). Il obtint une citation à l’ordre du régiment avec attribution de la Croix de Guerre 14-18 avec étoile de bronze le 12 décembre 1918. Il fut démobilisé le 22 mars 1919 et se retira à Sonthonnax pour exercer son métier agriculteur et éleveur à la ferme de Vernon.
Après l’opération "Caporal" en février 1944 les nazis lancèrent une deuxième grande offensive contre les maquis de l’Ain baptisé opération "Frühling" (Printemps) le 7 avril 1944. Ils s’en prirent également à la population.
Des forces de la Résistance étaient cantonnées à Heyriat, hameau de Sonthonnax-la-Montagne (Ain). Ce fut un prétexte pour l’ennemi pour exercer de violentes représailles. La ferme du Vernon était habitée par une famille paysanne, les Jouvray. Le 15 avril elle préparait les noces de Georges avec Marguerite Joyard, qui devaient avoir lieu quelques jours plus tard. Toute la famille était rassemblée. Les Allemands qui étaient à la recherche des camps du maquis sur le haut de la montagne montèrent le chemin de la ferme et fouillèrent celle-ci sans encombre. Subitement des coups de feu furent entendus provenant des bois en haut de la ferme. Pensant que la ferme était en lien avec le maquis les Allemands l’encerclèrent et ce fut le début du massacre. Six personnes, Marie Jouvray qui voulait protéger son mari et fut tuée la première, Victor Jouvray, son fils Paul, sa nièce Marcelle Rosset et la mère de celle-ci, Céline Rosset ainsi que Marguerite Joyard, la fiancée de Georges furent assassinées. La ferme fut ensuite incendiée et les victimes furent complètement calcinées. Seul Georges qui avait été blessé par une balle au-dessus du genou réussit à s’échapper.
Son nom figure sur la stèle commémorative 1939-1945 et sur la stèle de la ferme de Vernon, à Sonthonnax-la-Montagne (Ain).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article211693, notice JOUVRAY Victor par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 11 février 2019, dernière modification le 20 avril 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal "Le Progrès" du 10 avril 2016 Le 15 avril 1944, la tragédie de Vernon faisait six victimes.— Wikipédia, monographie de Sonthonnax-la-Montagne.— Témoignage recueilli des enfants survivants sur internet (Geocatching).— Mémorial Genweb.— Registres matricules.— État civil (acte de mariage).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément