BRABANT Jean-Michel

Jean Michel Brabant est né le 16 mars 1951 et mort le 14 novembre 1984.

Il est signataire de 163 articles dans le Maitron, notices consacrées aux militants trotskistes des années 1930-1940. Ses recherches étaient basées sur un dépouillement de presse, d’archives et des entretiens.

Il avait fait un mémoire de maîtrise sous la direction de Madeleine Rebérioux, à Paris-Vincennes, sur "L’Unification des organisations trotskistes françaises à la Libération".

Auteur d’une thèse de IIIe cycle sur Le Discours stalinien (à partir de l’exemple Algérien), il en publia une partie à la Faculté François Rabelais de Tours, sous le titre Le discours communiste en Algérie dans les années 1930. Jean-Michel Brabant, agrégé, a enseigné l’histoire dans le secondaire en région parisienne entre 1974 et 1978 puis, encouragé par René Gallissot, dans le supérieur à Alger entre 1978 et 1984.
Il fit partie du comité de rédaction de la revue d’Hérodote.

Fils du réalisateur, scénariste, producteur de cinéma et de télévision Charles Brabant (1920-2006) qui fonda la SCAM (Société civile des auteurs multimédia), Jean-Michel Brabant a participé aux recherches historiques, comme consultant, pour l’élaboration du scénario d’un film de télévision en sept épisodes : Les Nuits Révolutionnaires (diffusé sur la Sept et France 3, en 1989, pour le bicentenaire , une adaptation des Nuits de Paris, de Restif de la Bretonne)

Il est aussi l’auteur d’un livre très personnel, et non politique, Le Cafard de l’Ange, édité chez Publisud

Cet historien brillant est mort jeune, laissant une œuvre en cours.

Version imprimable