JOBLOT François

Par Gilles Pichavant

Né le 25 octobre 1877 à Givry (Saone-et-Loire), mort le 8 septembre 1954 à Breuilpont (Eure) ; charpentier, puis cheminot en Seine-Inférieure ; syndicaliste confédéré à Auffay (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).

Fils d’un charpentier et d’une ouvrière, François Joblot apprit le métier de son père et de son grand-père et devint charpentier. Mais en 1899, il rentra dans les chemins de fer de l’État. En 1902, il était à Paris. Par la suite il connu des affectations diverses au fil des promotions : Dreux, Eure-et-Loir (1905), Poissy, Seine-et-Oise (1906) puis Évreux, Eure (1906), Bueil, Eure (1910) où il fut chef de district, et où il resta jusqu’à la première guerre mondiale. Il passa celle-ci comme affecté spécial dans les chemins de fer, sans doute sur son poste. En1920, il fut nommé employé principal de 2e classe.
En 1928, François Joblot était à Auffay (Seine-inférieure, Seine-maritime). Il était le trésorier adjoint du Syndicat confédéré des travailleurs du Chemin de fer de l’État d’Auffay.
En 1929, il reçut une médaille pour trente années de service dans les chemins de fer. Il était chef de district à Auffay.
Il s’était marié le 14 mai 1910 à Breuilpont (Eure) avec Hélène Kayser.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article210523, notice JOBLOT François par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 14 janvier 2019, dernière modification le 14 janvier 2019.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dép. de Seine-Maritime, cote 3U 1/36. — Arch. Dép. de Saône-et-Loire, registre matricule, classe 1897, cote1 R RM Chalon 1897/1, N°247. — La Vigie de Dieppe, 19 février 1929. — Journal Officiel, 14 mars 1920. — État civil de Ciry (Saône-et-Loire) et de Breuilpont (Saône-et-Loire).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément