LAPRONONCIERE JEAN, Henri, Lucien [pseudonymes dans la résistance : Robert, Bonnet]

Par Eric Panthou

Né le 30 avril 1911 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mort le 27 avril 1994 à Clermont-Ferrand ; membre du Parti communiste (PCF) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Fils de Jean, ouvrier caoutchoutier, et de Madeleine Pénot, sans profession, Jean Laprononcière se maria en 1934 à Fournols (Puy-de-Dôme) avec Marguerite Jalabert puis en 1946 à Aulnat (Puy-de-Dôme). Il eut un frère et une sœur.
Il fit son service militaire en 1933-1934 au 35éme Régiment d’infanterie dans les Vosges. Après avoir été mobilisé puis démobilisé en 1940 il revint chez lui à Malintrat (Puy-de-Dôme).
Il était certainement membre du Parti communiste avant guerre puisque sans doute en 1942 il fut en contact avec Raoul Calas alias Hervé, alors chargé de la réorganisation du Parti dans la région depuis décembre 1941. Selon sa nécrologie parue dans le bulletin de l’ANACR, Jean Laprononcière serait alors devenu Commissaire aux Opération (OP) régional sous le nom de Robert. Il fut alors en contact avec de nombreux camarades chez Michelin, notamment Hélène Madeuf, de Fontanas, Louis Priouret et le couple Desserin, habitants du quartier des Galoubies à Chamalières (Puy-de-Dôme). Ces contacts furent maintenus jusqu’au démantèlement du secteur.
Jean a ensuite repris son activité en équipe spéciale en 1943 en rejoignant le camp FTP Guy-Moquet à Fournols avec Philomen Mioch, dit Titin.
Il fut membre de la formation Camp Guy-Moquet ou 103éme Bataillon FTP du Puy-de-Dôme, membre de l’état major de la 6éme Compagnie A du 103éme Bataillon FTP, comme Capitaine par décision du Colonel Gaston, commandant militaire départemental. Jean Laprononcière est alors commandant de Compagnie sous le nom de Bonnet. En juin 1944 il devint commandant de la 1106éme compagnie ou 6éme compagnie A du 2éme Bataillon FTP. Avec l’effectif de 420 hommes, ce bataillon était aux ordres du commandant André Rossignol remplacé ensuite par Jean Laprononcière qui releva Rattier à la tête de la 1106e Compagnie.
Il fut homologué FFI et sous-lieutenant. Sa durée de services homologués va du 6 mai au 28 août 1944.
Après guerre il vécut à Aulnat, juste à côté de Clermont-Ferrand. On ignore sa profession et ses engagements politiques ou syndicaux.
Son frère, Raymond Laprononcière, lui aussi FTP, fut tué le 22 août 1944 au Brugeron (Puy-de-Dôme).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article210496, notice LAPRONONCIERE JEAN, Henri, Lucien [pseudonymes dans la résistance : Robert, Bonnet] par Eric Panthou, version mise en ligne le 13 janvier 2019, dernière modification le 14 janvier 2019.

Par Eric Panthou

Sources : SHD Vincennes : GR 16 P 338279. Dossier Jean Laprononcière (non consulté) .— SHD Vincennes : 19 P 63/6. Liste des membres du 103éme Bataillon FTP du Puy-de-Dôme .— SHD Vincennes : 19 P 63/4 : FTPF état-major départemental, Puy-de-Dôme .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme : 2546 W 1793. Dossier d’attribution de la carte du combattant au titre de la résistance à Jean Laprononcière (non consulté) .— "Raymond et Jean Laprononcière", Les Cahiers d’’histoire de Malintrat, n°7, 2010 .— "Jean Laprononcière", Résistance Auvergne, n°95, 3éme trim. 1994 .— état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément