MATHON Charles, Eugène, Honoré

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 1er décembre 1905 à Oyonnax (Ain), exécuté sommairement le 9 juin 1944 au Mas-Pommier, à Druillat (Ain) ; ouvrier en peignes ; résistant du réseau Sport Libre et des FUJP.

Charles Mathon était le fils de Charles Julien, ouvrier en peignes à Oyonnax et de Marie Françoise Othilie Morel. Il se maria le 12 août 1926 à Oyonnax avec Gabrielle Clémence Alliata et le 28 avril 1932 à Bourg (Ain) avec Marcelle Besson.
Il était un grand sportif qui pratiquait le rugby à treize. Il porta les couleurs du l’CS Oyonnax (aujourd’hui ASO) dans les années 20 puis celles de Bourg-en-Bresse. C’etait un ouvreur et un demi de mêlée talentueux. Le 5 mars 1934, il répondit à l’appel de Jean Galia, promoteur du rugby à treize en France afin de participer à la célèbre tournée des « Galia Boys » dans le Nord de l’Angleterre. Charles Mathon fut séduit par cette discipline et au retour, il rejoignit le club de Lyon qui venait d’être créé et en devint le capitaine. Il obtint la victoire en Coupe de France avec Lyon contre le XIII Catalan (Perpignan) à Toulouse par 22 à 7.
Il travaillait comme ponceur dans la fabrique familiale de peignes, située dans la vieille rue, à Échallon (Ain). Il entra dans la Résistance dans le réseau « Sport libre », créé en 1942 par d’anciens dirigeants de la FSGT et affilié au FUJP (Front uni de la jeunesse patriotique). Il en était responsable dans l’Ain, le Haut-Bugey et le Lyonnais. Son réseau est très actif et complique les tâches de l’occupant allemand. Lors du défilé des résistants des maquis de l’Ain au monument aux morts, à Oyonnax le 11 novembre 1943 Charles Mathon se trouvait aux premiers rangs.
Le 9 juin 1944, son réseau fut capturé par la milice. Alors qu’il circulait à bicyclette avec un autre camarade, il fut abattu par des rafales de mitrailleuse au village de Mas-Pommier, à Druillat près de Pont-Ain (Ain), le long de la RD 1 075. Une plaque apposée sur la façade d’un restaurant, à l’endroit de sa mort rappelle le drame. Son camarade survécut mais Charles Mathon décéda. Selon certaines sources, il aurait été capturé et tué par la milice sur ordre de la Gestapo, selon d’autres par des maquisards auxquels il aurait été dénoncé comme étant un agent de la Gestapo.
Son nom figure sur les monuments aux morts à Bourg-en-Bresse et Oyonnax (Ain).
Le stade d’Oyonnax porte son nom depuis le 15 juin 1958.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article210462, notice MATHON Charles, Eugène, Honoré par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 12 janvier 2019, dernière modification le 12 janvier 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Oyonnax Rugby USO l’esprit de Mathon par Thierry Emin.— Charles Mathon : le Maquisard assassiné dans Midi Olympique.— Journal "Le Progrès de l’Ain" Savez-vous que Charles Mathon avait été tué à Druillat en 1944 ?, article du 2 novembre 2017.— Le Journal de la Résistance d’octobre, novembre, décembre 2015, Sport et Résistance, SPORT LIBRE, Réseau et journal.— Wikipédia.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de naissance).

Version imprimable Signaler un complément