BARRÉ Louis

Par Gauthier Langlois

Né en 1799 à Lille (Nord), mort le 18 février 1857 à Lille, professeur de langue et de philosophie, homme de lettres, démocrate socialiste, fouriériste.

Louis Barré dessiné par Nadar
Louis Barré dessiné par Nadar
Paris, Bibliothèque nationale de France, IFN-8539903

Appelé comme professeur de langue en Belgique, il prit part à la rédaction de plusieurs journaux, et de 1830 à 1836, il enseigna la philosophie au collège de Lille. Sa réputation de linguiste l’amena à diriger la rédaction de plusieurs dictionnaires de la langue française et un dictionnaire biographique. Il fut en outre le traducteur de George Byron, James Fenimore Cooper et Walter Scott.

En 1848 il publia, sous le pseudonyme « Un vieux Montagnard » une biographie des candidats à l’Assemblée nationale. Aux élections présidentielles il soutenait la candidature du républicain radical Ledru-Rollin. Il fut en effet, avec Pierre Droz, ancien commissaire de la République dans l’Aisne et des fouriéristes tels que le journaliste Pierre Bry et l’ingénieur Eucher Henry, l’un des treize signataires d’une affiche électorale appelant à élire Ledru-Rollin aux élections présidentielles.

En 1850 il fit partie des souscripteurs des statuts de l’Association expérimentale - Société de la fraternité active, une société phalanstérienne imaginée par l’apôtre fouriériste Jean Journet. Parmi les 169 souscripteurs figuraient des signataires de l’affiche électorale de 1848 et nombre de personnalités fouriéristes : les socialistes Jules Delbruck, Hippolyte Magen, Charles Fauvety, les féministes Jeanne Deroin et Eugénie Niboyet.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article210245, notice BARRÉ Louis par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 6 janvier 2019, dernière modification le 1er février 2019.

Par Gauthier Langlois

Louis Barré dessiné par Nadar
Louis Barré dessiné par Nadar
Paris, Bibliothèque nationale de France, IFN-8539903

ŒUVRE : Biographies des candidats à l’Assemblée nationale, par un vieux Montagnard, Paris, Libr. Républicaine de Gustave Havard, 1848.

Version imprimable Signaler un complément