Prondines (Puy-de-Dôme), 30 mars 1944

Par Huguette Juniet

Le 30 mars 1944, 16 personnes furent exécutées ou massacrées lors d’une opération de ratissage par la police allemande et des soldats de la Wehrmacht dans la région de Prondines, Cisternes-la-Forêt.
12 fusillés et brûlés dans leur refuge au Claveix, 3 fusillés à Villedieu et 1 à La Luquine. Réfractaires au STO, ces jeunes gens furent donc conduits à prendre le maquis, par mesure de sécurité pour éviter les nombreux contrôles de police.

En février 1944 deux individus furent arrêtés et interrogés par la police allemande, il s’agit de Bourdelat Joseph alias « Jo », ancien chef du maquis de Prondines et Momen André, ancien maquisard de la même région. Leurs révélations et les documents extraits de la valise trouvée à Saint-Maurice-ès-Allier (Puy-de-Dôme) en décembre 1943 eurent pour conséquences de déclencher une vaste opération de ratissage dans la région : six maquis furent recensés et sur le carnet de route les noms de responsables des MUR, des lieux de dépôts d’armes... cibles permanentes de la Gestapo
Le 30 mars 1944, tôt le matin, une colonne avec le concours de la Milice, un bataillon de troupes allemandes de la Wehrmacht, des Feldgendarmes, et du matériel lourd quittèrent Clermont-Ferrand, sur ordre de Blumenkamp, chef de la Gestapo de Clermont-Ferrand

Ratissage au maquis du Claveix le 30 mars 1944 :

Une colonne se dirigea vers Le Claveix, hameau de Cisternes-la-Forêt. Le village fut encerclé. Les 12 réfractaires plus un civil réfugié dans une grange, furent capturés et exécutés à la mitraillette sur le champ. Les hommes furent ensuite entassés devant la porte d’entrée de la grange, arrosés d’essence et brûlés. Par miracle, un maquisard Lucien Giraud, malgré une blessure au bras et le dos brûlé réussit à s’extraire du brasier.

Les victimes :

BEAULATON Pierre, Albert, Alias Pédago

CASTIE Marcel, Eugène
.
COURNIL Roger Armand, alias Baby

COUSSERAND Marcel, alias Coucou

GIRAUD Bernard, alias Lou

GUILLOT Jean Armand, alias Marin

KLEIMANN Boris, alias Bel Ami

MIGNOT Robert Louis Gabriel, alias Quinou

PACAUD Jean Claude, alias Bibi

POINAT Jean Pierre Marie, alias Bidule

SAIZ Lopez Ezéchiel, alias José

VERNADAL Pierre

Inhumation : dix fusillés ont leurs cendres déposées au Cimetière des Carmes à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Sur la stèle commémorative est inscrit :
« Ici reposent les cendres de 10 jeunes résistants fusillés et brûlés par les
Nazis au Claveix Commune de Cisternes -la-Forêt »

Leurs noms sont notés sur la plaque commémorative de Claveix, Commune de Cisternes-la- Forêt et sur le monument commémoratif

Ratissage du Maquis de La Luguine :

En parallèle, une colonne se dirigea, sous la conduite de trois prisonniers à La Luguine, au hameau de la commune de Prondines (Puy-de-Dôme)
Le village fut à son tour encerclé, mais la vieille bâtisse qui était censée abriter des réfractaires était vide . Cependant, furent trouvés de la nourriture, des vêtements, une mobylette et une carte d’identité qui confondit un paysan arrêté près de là. Interrogé, et brutalement frappé ce dernier fut sommé de s’expliquer et de fournir des renseignements sur les maquis et les réfractaires de la région. Devant son mutisme et son refus de coopérer, il fut fusillé sur le champ sur ordre du chef du SD, sa maison fut pillée et incendiée.

La victime :

MANDON Antonin
Un monument commémoratif fut érigée en sa mémoire « Pionnier de la résistance assassiné par les Allemands et les traîtres de la Milice, le 30 mars 1944 à l’âge de 38 ans »
Son nom est inscrit sur le Monument aux Morts de Prondines (Puy-de-Dôme).

Les actions contre les maquis locaux se poursuivirent ;
Au maquis l’Estival, les colonnes allemandes ne trouvèrent qu’un fusil de chasse et le village fut pillé, bombardé ainsi que les environs.

Maquis de La Villedieu :

À ce triste palmarès il faut ajouter trois résistants fusillés au hameau de La Villedieu. sur la commune de Cisternes-la-Forêt (Puy-de-Dôme).
Trois Victimes :

BARRIER François Marius Henri (père)

BARRIER François Marius Bernard (fils)

DIOGON Marcel Amable Michel

Les 3 noms sont inscrits à Cisternes-la-Forêt (Puy-de-Dôme)
- sur la plaque commémorative du Claveix
- et sur le Monument aux Morts

Toute la journée des actions se poursuivirent dans la région : Au maquis d’Estival sur la commune de Prondines, ils ne trouvèrent qu’un fusil de chasse mais le village fut pillé, brûlé et bombardé par des mortiers

À Saint-Hilaire-les Monges, arrestation du maire M. Colon et de M. Raymond qui décéda en déportation.
À la fin de la journée les troupes allemandes repartirent avec huit prisonniers, quelques armes saisies, les convois chargés de victuailles et laissèrent une région ruinée et profondément meurtrie.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article209991, notice Prondines (Puy-de-Dôme), 30 mars 1944 par Huguette Juniet, version mise en ligne le 30 décembre 2018, dernière modification le 16 février 2019.

Par Huguette Juniet

Ratissage de la région de Prondines (Puy-de-Dôme) le 30 mars 1944.

SOURCES : Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 908W506. — État civil de Prondines et de Cistrières La- Forêt. — Gilles Lévy, Drames et secrets de la Résistance, Paris, Presses de la Cité, 1984 .— Michelle Serre, La région de La Bourboule et du Mont-Dore pendant la seconde guerre mondiale, Ed. La Galipote 2017 .— Gilles Levy, Mémorial des Maquis et Hauts lieux de la Résistance, Ed. Presses de la Cité, 1986.— Pierre Montagnon, Les Maquis de la Libération, Ed. Pygmalion, 2000 .— La Montagne, édition Clermont Métropole, 4 juin 2014. — MémorialGenWeb. —

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément