CONTREPAS Roger

Né le 6 décembre 1920 à Marsillargues (Hérault), mort le 19 décembre 1975 à Marsillargues ; directeur de coopérative agricole ; maire socialiste de Marsillargues (1962-1976).

Né dans une famille de petits propriétaires, Roger Contrepas naquit dans un milieu protestant ancré à gauche. Son père, Eugène, était exploitant agricole. Son Frère aîné, Albert, militant SFIO, fut, en 1935, 3e adjoint de la municipalité socialiste avant qu’un conflit sur la gestion communale, mené par lui, avec le soutien de la section, entraîne la démission du conseil municipal en 1937 et la victoire de la liste communiste lors des élections intermédiaires qui suivirent. Durant cette période, Roger Contrepas fut membre des jeunesses socialistes. Après le petit et le grand lycée de Montpellier, il obtint ses deux bacs en 1937-38. Étudiant, il fit les chantiers de jeunesse et dû, pour échapper au départ en Allemagne, trouver un emploi. Il devint employé à la coopérative agricole de la commune.
À la Libération, il resta, après son mariage, employé de la coopérative, désirant rester sur la commune. Il en devint le directeur. Militant SFIO, il succéda à René Daumas au poste de secrétaire de section et en 1959, poussé par Léopold Diot, intégra le conseil municipal. Protestant peu pratiquant dans une commune très majoritairement calviniste, directeur d’une coopérative importante dans ce village viticole, ancien capitaine de l’équipe de football locale, militant laïque, responsable du club taurin la Sounia, il était suffisamment connu et consensuel pour prendre la succession de Léopold Diot, au décès de ce dernier, en février 1962. Les adjoints ainsi que René Daumas le choisirent et il fut élu maire de la commune. Trois ans plus tard, il fut réélu et le fut une nouvelle fois en 1971. Comme son prédécesseur, il fut opposé à une liste avec les communistes avec qui les socialistes locaux refusaient toute alliance. De ce fait, la SFIO locale puis le PS pratiquaient l’ouverture avec la droite. Durant son mandat, il créa le SIVOM Lunel-Nord, regroupant les communes du nord du canton.
Gravement malade, il décéda en cours de mandat. C’est son fils Jacques, ingénieur statisticien à l’INSEE, qui fut choisi pour lui succéder.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20554, notice CONTREPAS Roger, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.
Version imprimable Signaler un complément