GUÉRET Chéri, Émile

Par Dominique Tantin

Né le 15 mai 1907 à Charmé (Charente), mort des suites de tortures le 5 juillet 1943 à La Couronne (Charente) ; résistant de l’Organisation civile et militaire (OCM).

Émile Guéret était le fils d’Adrien Guéret, alors âgé de trente ans, cultivateur, et de Marthe Guéret, âgée de vingt-trois ans, sans profession ; le couple marié était domicilié au village de Roussillon sur la commune de Charmé.
Sous l’Occupation, Émile Guéret était domicilié à Salles-de-Villefagnan (Charente). Membre du groupe charentais de l’OCM, il participa à Charmé à la réception d’un parachutage (voir Robert Geoffroy).
Arrêté, il fut interné à la prison Saint-Roch à Angoulême et il mourut des suites de tortures à l’hôpital de La Couronne, commune de l’agglomération angoumoisine.
Il obtint la mention Mort pour la France.
Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de sa commune natale.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article204107, notice GUÉRET Chéri, Émile par Dominique Tantin, version mise en ligne le 4 juin 2018, dernière modification le 4 juin 2018.

Par Dominique Tantin

SOURCES : SHD-AVCC, Caen, AC 21 P 199947 (à consulter). — SHD Vincennes, GR 16 P 274651 (à consulter). — Guy Hontarrède, La Charente dans la Seconde Guerre mondiale, Dictionnaire historique, Saintes, Le Croît vif, 2004, p. 270. — MémorialGenWeb.

Version imprimable Signaler un complément