COLLET Henri, Louis, Antoine

Par Marcel Rivollier, Charles Sowerwine

Né le 7 juin 1902 à Montanges (Ain), mort le 27 août 1976 à Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie) ; cheminot ; militant communiste et syndicaliste CGTU puis CGT de l’Ain.

Henri Collet fut, au cours des années 1930, un militant de premier plan dans la région de Bellegrade-sur-Valserine (Ain). Adhérent au PC en 1927, il en fut un membre fidèle pendant la période difficile qui précéda le Front populaire et s’en fit un propagandiste énergétique. Il écrivit en faveur du front unique dans L’Éclaireur de l’Ain du 11 décembre 1932. Il fut, avec Henri Bourbon*, candidat du PC au conseil d’arrondissement du canton de Bellegarde aux élections du 7 octobre 1934 ; il y recueillit 150 voix (Bourbon en recueillit 149) contre 1 010 et 933 aux radicaux élus et 623 et 642 aux socialistes SFIO Joux* et Pinard*.
Secrétaire du syndicat unitaire des cheminots de Bellegarde avant la réunification syndicale de 1935-1936, Collet devint secrétaire du syndicat réunifié et conserva ce poste jusqu’à la guerre de 1939. À la réunification, le syndicat comptait quelque 180 membres ex-unitaires et 70 ex-confédérés. Collet fut délégué à la commission exécutive de l’Union régionale des syndicats Ain-Jura (remplacée par la suite par l’UD de l’Ain). Il fut aussi secrétaire général de l’Union locale des syndicats de Bellegarde de 1936 à 1939.
Pendant tout ce temps, Collet continua son activité dans le parti. Il fut, avec Bourbon, responsable des cellules communistes de Bellegarde dès le début de 1936. Il dut donc accueillir la vague d’adhérents entraînés par le Front populaire. Il ne semble pas avoir su maintenir ces forces au même niveau d’organisation après le départ de Bourbon en 1937. Néanmoins il continua d’être un responsable communiste très en vue, secrétaire de la cellule « Bordes » de Bellegarde en 1938 et 1939 et secrétaire du comité d’accueil des exilés politiques de Bellegarde.
Collet poursuivit ses activités électorales. Il fut candidat du PC aux élections cantonales de 1937 pour le canton de Bellegarde où il obtint 343 voix face au candidat SFIO (730 voix) et au radical (1 138 voix) qui fut élu. Candidat également aux élections cantonales de septembre 1945, à Bellegarde, il fut battu par un candidat socialiste.
Henri Collet resta membre du PC à Bellegarde jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20356, notice COLLET Henri, Louis, Antoine par Marcel Rivollier, Charles Sowerwine, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 novembre 2008.

Par Marcel Rivollier, Charles Sowerwine

SOURCES : Arch. Dép. Ain, M 1 353, rapp. du 3 janvier 1936. — Arch. de l’Amicale des Vétérans de l’Ain du PC (Berrodier). — L’Éclaireur de l’Ain, 23 septembre, 14 octobre 1934, 17 novembre, 8 décembre 1935, 9, 16 février, 19 avril, 24 mai, 13 septembre, 11 octobre, 29 novembre 1936, 14 mars, 18 juillet, 7 novembre 1937, 20 février, 24 juillet 1938, 9, 16 avril, 7 mai 1939. — Le Courrier de l’Ain, 11 octobre 1937.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément