BIGI Jean

Par Alain Martinot

Né le 22 septembre 1922 à Monthois (Ardennes), exécuté sommairement le 21 août 1944 au pont de Sampzon (Ardèche) ; ancien adjudant de l’armée de l’air ; résistant, membre de l’Armée secrète (AS).

Arrivé sans doute comme nombre d’Italiens après la première guerre pour participer à la reconstruction de cette région proche du front, son père fut entrepreneur de travaux publics.

Célibataire, Jean Bigi, ancien adjudant de l’armée de l’air, résida à Aubenas (Ardèche) à l’époque de la deuxième guerre. Il appartint au secteur D (Aubenas) de l’AS.

Le 21 août 1944, Jean Bigi, caporal FFI, était parti en voiture Citroën C4 du cantonnement de Joannas (Ardèche ) avec deux camarades : Marius Roux*, inspecteur de la police nationale révoqué par le régime de Vichy, et Marcel Meyer, secrétaire comptable de l’escadron de la garde en garnison à Largentière (Ardèche) de la fin août 1943 à son ralliement à la Résistance à la mi juin 1944.

Arrivés au pont de Sampzon, ils se heurtèrent à un barrage dressé par un détachement d’Allemands et de Mongols, en retraite. Ceux ci interrogeaient, fouillaient et confisquaient tous les moyens de transport des personnes qui se présentaient.

Les trois FFI furent alignés face à un mur, Marius Roux tenta de s’enfuir en traversant l’Ardèche à la nage mais sans succès et les deux autres furent exécutés et mutilés.

Le nom de Jean Bigi est gravé sur les monuments aux morts de Monthois et d’Aubenas.

Il obtint la mention « Mort pour la France ».

Une plaque au lieu dit Sous Roche mentionne 4 victimes. Aux trois précédentes est ajouté Marcel Deschaux, autre FFI abattu le 22 août à proximité.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article202273, notice BIGI Jean par Alain Martinot , version mise en ligne le 25 avril 2018, dernière modification le 7 mai 2018.

Par Alain Martinot

SOURCES : Mémorial de l’oppression. — Mémorial de la Résistance en Ardèche. — État civil Monthois et Aubenas

Version imprimable Signaler un complément