TANGUY Louis, Prosper, Marie

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 24 novembre 1922 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort au combat le 8 février 1944 à l’Abergement-de-Varey (Ain) ; marin ; résistant des FTPF puis des FFI.

Louis Tanguy était le fils de Louis Mathurin Marie, homme d’équipe aux chemins de fer de l’État et de Mare Françoise Burlot. Il était célibataire et domicilié à Ploufragan (Côtes-du-Nord).
Il s’engagea dans la marine et était quartier maître sur le croiseur "La Marseillaise" lorsque celui-ci fut sabordé à Toulon en 1942. Il fut démobilisé et retourna en Bretagne puis entra à la SNCF à Paris. Pour échapper à la réquisition du STO, il tenta de rejoindre l’Angleterre mais n’ayant pas trouvé de bateau, il décida de s’engager dans la résistance intérieure et rejoint les francs-tireurs et partisans des maquis de l’Ain où il prit le pseudonyme de "Lesombre". Il participa le 16 décembre 1943 à l’opération de sabotage aux usines Schneider du Creusot et échappa à l’arrestation et à la mort.
Il fut affecté ensuite au PC du maquis qui dut quitter son campement lorsque le 5 février 1944 l’ennemi lança une attaque de grande envergure contre les maquis de l’Ain et la population, baptisée "Opération Caporal". Le 8 février 1944, l’état-major départemental des FFI composé de 22 maquisards avec à leur tête, Henri Girousse alias capitaine Chabot et Oven Denis Johnson alias Capitaine Paul dut prendre la fuite et trouver un autre cantonnement. Après une marche épuisante dans la neige les hommes atteignirent le sommet de la colline à L’Abergement-de-Varey. Apercevant une petite ferme un peu plus bas ils décidèrent de s’y installer pour se reposer pensant être en sécurité dans ce lieu. Il s’agissait de la ferme de la Montagne. Leur repos fut vite interrompu par une femme paniquée qui vint les prévenir que les allemands étaient dans le village et qu’il fallait décamper. Le capitaine Chabot donna l’ordre de repli mais moins de cinq minutes plus tard des coups de feu crépitèrent. Les maquisards sortirent par petits groupes et furent accueillis par un feu d’enfer. Le fermier Léonard Elléna fut tué immédiatement devant le potager de la ferme. Une troupe de 250 soldats allemands conduits par Klaus Barbie et guidés par la milice passait à l’attaque. Les résistants opposèrent une farouche résistance mais dix d’entre eux succombèrent. Deux allemands dont le commandant furent tués également et un autre blessé. Il était environ dix heures du matin. Louis Tanguy comptait parmi les tués.
Le décès de Louis Tanguy fut constaté le 16 février 1944 et l’acte de décès fut dressé le 6 mars 1944 sous l’identité de Louis Puymoreux né le 22 novembre 1918 à Versailles (Seine-et-Oise) de Pierre Picard et Louise Renaud avec le signalement suivant : « taille un mètre soixante et onze, cheveux châtains, nez rectiligne, yeux gris, visage ovale : vêtu de deux pantalons, un bleu et un marron, d’une chemise, de deux chandails, brodequins militaires.
Il fut identifié après exhumation le 8 mars 1945. (Côtes-d’Armor) et son identité fut établie par jugement du tribunal civil de Belley (Ain) du 8 mai 1945. La transcription du jugement fut effectuée sur l’acte de décès à L’Abergement-de-Varey (Ain) le 9 juin 1945.
L’acte de décès fut transcrit à Ploufragan le 7 mars 1947.
Louis Tanguy est inhumé dans la tombe familiale au cimetière communal, à Ploufragan où une plaque commémorative lui rend hommage.
Il obtint la mention « Mort pour la France » qui est transcrite sur l’acte de décès ainsi que la Légion d’honneur et la Croix de guerre 1939-1945 à titre posthume et fut homologué soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).
Son nom figure sur la stèle commémorative au maquis et la stèle commémorative FFI, à L’Abergement-de-Varey (Ain) et sur le monument aux morts, à Ploufragan (Côtes-d’Armor).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article201992, notice TANGUY Louis, Prosper, Marie par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 23 avril 2018, dernière modification le 7 mai 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal Le Progrès L’Abergement-de-Varey articles du 10 juin 2016 Bataille de la Ferme de la montagne et 6 février 2017 Moment de recueillement à la Ferme de la montagne.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne.— Mémorial GenWeb.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément