CLÉRET Serge, Michel, Fernand

Par Jacques Girault

Né le 20 juillet 1935 à Reterre (Creuse), mort le 13 mars 2002 à Bastia (Haute Corse) ; instituteur ; militant mutualiste et socialiste ; maire et conseiller général d’Évaux-les-Bains (Creuse).

Fils d’agriculteurs, Serge Cléret fréquenta les établissements secondaires d’Aubusson (Creuse), de Montluçon (Allier) et obtint le baccalauréat au lycée de Guéret (Creuse). Il fut instituteur remplaçant à Lourdoueix-Saint-Pierre (Creuse) puis enseigna au collège de Condrieu (Rhône). Il revint comme professeur d’enseignement général (français) au collège d’enseignement général d’Évaux-les Bains (Creuse) qu’il dirigea de 1963 à 1967.
Cléret effectua son service militaire en 1957-1959 à Bordeaux puis dans la région de Blida en Algérie. Il se maria religieusement en août 1968 à Sannat (Creuse) avec une institutrice. Leur fils reçut les premiers sacrements catholiques. Le couple divorça.
Au début des années 1970, Cléret, franc-maçon, devint administrateur délégué de la Société mutuelle d’assurances des collectivités locales créée à Niort (Deux-Sèvres) en 1972. En 1979, il était le secrétaire du Centre national pour la création des œuvres sociales, créé en 1970, qui comprenait 53 associations dont l’Entraide universitaire, la mutuelle de l’ORTF, la MAIF, qui publiait la revue Intercollectivités.
Membre du Parti socialiste unifié, puis de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste, puis à partir de 1970 du Parti socialiste, Cléret fut élu maire d’Évaux-les-Bains (1971-1995) puis conseiller général du canton. Il s’éloigna du militantisme socialiste et évolua vers des options politiques de droite.
Comme maire, Cléret présida à la réalisation d’une maison de long séjour, d’un établissement pour enfants inadaptés, d’un institut pour handicapés profonds, d’une piscine, d’un jardin public, de thermes, de l’éclairage public des hameaux. En outre les écoles furent entretenues et des logements sociaux construits. Son nom fut donné à la place principale d’Évaux.
À la fin des années 1960, Cléret abandonna l’enseignement pour devenir conseiller financier à Paris puis au Luxembourg. Spécialisé dans les questions fiscales, il soutint une thèse en 1992 à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris sous le titre La fiscalité directe rurale. Recherches statistiques sur les communes de la Creuse (1956-1958). Un fonds privé Cléret figure aux archives départementales de la Creuse.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article20172, notice CLÉRET Serge, Michel, Fernand par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Creuse : 274 W dépôt 1938 (France Bleue Creuse). — APPo B 12, 43701 (dossier Breuillard). — Renseignements fournis par l’épouse de l’intéressé.

Version imprimable Signaler un complément