Pendant la période avril-mai-juin 1968, nous mettrons à la Une du site Maitron des biographies de militantes et militants dont la notice signale un rôle en mai-juin 1968 ou/et une marque de 1968 sur l’itinéraire. Nous commençons par les plus connus pour aller vers les méconnus. La sélection est bien sûr évolutive.Elle comprend des syndicalistes, des étudiants, des enseignants, des politiques, des artistes, des intellectuels, des associatifs.
On peut nous signaler des noms. info@maitron.org
Pour le moment (20 mai) la notice la plus consultée , et de loin, est celle de Jacques Sauvageot, 5000 consultations depuis sa mise en ligne récente.

Première sélection
Vous y retrouvez des syndicalistes
Eugène Descamps, secrétaire général de la CFDT
Albert Détraz, du bureau confédéral la CFDT
Jacques Chérèque, secrétaire général adjoint de la Fédération CFDT de la métallurgie
Edmond Maire, de la CFDT
Georges Séguy, secrétaire général de la CGT
André Barjonet qui rompt publiquement avec la CGT en mai 1968
Louis Viannet, de la CGT
Pierre Gensous, secrétaire de l’Union internationale des syndicats de la Métallurgie (CGT, FSM)
Maurice Labi, secrétaire général de la Fédéchimie CGT-FO
Charles Piaget, syndicaliste CFDT de Besançon
Michel Carvou, délégué CFDT
Michel Chemin, gréviste de mai-juin 1968 à Bezons (Va d’Oise)
Yannick Frémin, secrétaire du syndicat CGT de Citroën Rennes
Denis Bonvalot, syndicaliste CGT de Lorraine
Madeleine Delessert, syndicaliste CFDT de Lyon
Monique Leblanc, ingénieure en électronique, CFDT
Denise Salomon, institutrice, École émancipée
Hélène Mabille, syndicaliste CGT de grands magasins
James Marangé, syndicaliste FEN
Alain Geismar, secrétaire général du SNESup


Des enseignants
Henri Lefebvre, professeur de sociologie à la faculté des lettres de Nanterre
Pierre Grappin, doyen de la Faculté des lettres de Nanterre
Madeleine Rebérioux, historienne, enseignante à la Sorbonne
Rolande Trempé, historienne


Des étudiants
Daniel Bensaïd, de la JCR
Daniel Cohn-Bendit, image médiatique de mai 1968
Jean-Pierre Duteuil, à l’origine du Mouvement du 22 mars en 1968
Alain Krivine, dirigeant de la JCR
Xavier Langlade, son arrestation à Paris le 20 mars 1968 fut à l’origine du mouvement du 22 mars à Nanterre
Jacques Sauvageot, dirigeant de l’UNEF
Henri Weber, de la JCR
Fabienne Lauret, des Comités d’action lycéens
Guy Hocquenghem, étudiant à la Sorbonne, futur fondateur du Front homosexuel d’action révolutionnaire (1971)


Des intellectuels et artistes
Jean-Paul Sartre, philosophe
Christiane Rochefort, écrivaine
Hélène Parmelin, écrivaine
Cornelius Castoriadis, ancien dirigeant du groupe Socialisme ou Barbarie
Guy Debord, de l’Internationale situationniste
Boris Fraenkel, philosophe assigné à résidence en Dordogne
Edgar Morin, sociologue, auteur des premières analyses du mai-juin 1968
Armand Gatti, écrivain, metteur en scène
Jean-Pierre Thorn, cinéaste
Colette Magny, auteure compositrice, chante et compose dans les usines
Francesca Solleville, chanteuse qui se produit dans les usines occupées
Ariane Mnouchkine, metteuse en scène, joue dans les usines occupées.


Des dirigeants politiques
Michel Rocard, secrétaire national du PSU
Marc Heurgon, secrétaire à l’organisation du PSU
Serge Mallet, dirigeant national du PSU, théoricien de la "Nouvelle classe ouvrière"
Bricianer Serge, propagandiste du communisme des conseils ouvriers dans la période de mai 1968
Jack Ralite, militant du PCF
Charles Fiterman, dirigeant communiste
Waldeck Rochet, secrétaire général du PCF
Jean Roméo, métreur à Créteil, un exemple d’exclusion du PCF en plein mai-juin 68
Jeannette Pienkny (Jeannnette Habel), de la JCR
Robert Linhart de l’UJCML (maoïste)
Maurice Joyeux de la Fédération anarchiste
Version imprimable de cet article Version imprimable