GAULTIER DE CARVILLE Gérard, Claude

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 15 janvier 1924 à Saint-Amand-de-Vendôme (Saint-Amand-Longpré, Loir-et-Cher), décédé des suites de ses blessures à Quimper (Finistère) le 7 août 1944 à Guiscriff ; étudiant ; FFL-SAS.

Gérard Gaultier de Carville
Gérard Gaultier de Carville
SOURCE  : Site FFL-SAS

Gérard Gaultier de Carville était le fils de Robert Marie Joseph Gaultier de Carville, employé au PMU, et d’Antoinette Louise Isabelle Marie de Vivès, décédée. Célibataire, il était étudiant et était domicilié chez son père 128 rue de Vaugirard à Paris (XVe arr.).

Il rallia les Forces françaises libres (FFL) dès juillet 1940. Formé à l’École des cadets de la France libre dans la promotion « Libération », il fut affecté en Nouvelle-Calédonie en juin 1942. De retour en Grande-Bretagne en avril 1943, il fut intégré aux Forces aériennes françaises libres (FAFL) sous le matricule 35 890. Breveté à Ringway, promu aspirant, il fut affecté au 2e régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP) ou 4e SAS (Special Air Service) du commandant Bourgoin. La mission des SAS était, en lien avec l’opération Overlord, de renforcer et d’encadrer les maquis bretons, afin de retarder l’intervention sur le front de Normandie des troupes allemandes stationnées en Bretagne.

Gérard Gaultier de Carville fut parachuté le 10 juin 1944 dans le secteur de Duault (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) où les SAS implantèrent la base « Samwest » qu ifut attaquée en force par la Wehrmacht le 12 juin 1944. Après la dispersion de cette base, il fit partie des SAS chargés, dans le cadre de la mission « Grog », de monter une base dans les environs de Guern-Pontivy (Morbihan) pour y regrouper et former des combattants des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Fin juin 1944 il s’installa à Guiscriff (Morbihan) où il encadra le maquis. À la mi-juillet 1944 il fit la liaison avec l’équipe Jedburgh du major Ogden-Smith parachutée quelques jours plus tôt avec armes et munitions. Le 29 juillet 1944, près de Querrien (Finistère), il réussit à échapper à l’encerclement par des soldats allemands très supérieurs en nombre, tandis que le major Ogden-Smith et le SAS Maurice Miodon étaient tués. Le 5 août 1944, il mena une opération avec quatre-vingt hommes du secteur de Guiscriff partis en renfort pour barrer l’entrée de Rosporden (Finistère) à une colonne de camions allemands qui se repliaient sur Lorient (Morbihan). Il fut grièvement blessé le 6 août 1944 lors de la fusillade qui s’ensuivit et décéda le lendemain à l’Hôpital complémentaire Brizeux de Quimper (Finistère).

Gérard Gaultier de Carville est inhumé dans le cimetière de Guiscriff aux côtés du major Ogden-Smith et de Maurice Miodon.

Il a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFL. Décoré de la Croix de guerre 1939-1945, il a été élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume. La promotion de février-mai 1990 (9e Compagnie) des élèves officiers de réserve du 4e bataillon de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr a choisi le sous-lieutenant Gaultier de Carville comme parrain.

Son père, Robert Gaultier de Carville, ancien combattant de la 1ère guerre mondiale, s’engagea dans la Résistance au sein du mouvement Libération-Nord où il fut chargé de la centralisation nationale du renseignement. Arrêté le 18 novembre 1943 à Paris, il fut détenu à Fresnes puis à Angers jusqu’au 30 avril 1944, puis déporté à Buchenwald par le convoi parti de Compiègne le 12 mai 1944. Transféré à Dora puis à Bergen-Belsen, il ne fut libéré que le 29 avril 1945.

Dans le Finistère, le nom de Gérard de Carville est inscrit sur la liste « Résistants » de la plaque commémorative apposée à Rosporden « À la mémoire des victimes des combats de la Libération 1944 - 1945 ».
Dans le Morbihan, il figure :
-  à Plumelec, sous le nom de « De Carville G. » sur le mémorial SAS de la France libre érigé près du moulin de La Grée,
-  à Guiscriff, sous le nom de « Decarville Gauthier » sur le monument aux morts de communal,
-  à Gourin, sous le nom de « De Carville » sur la liste « Guiscriff » du monument « Aux Résistants des Montagnes noires victimes du nazisme ».
Dans le Loir-et-Cher, il est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Amand-Longpré.
En Saône-et-Loire, il figure sur le mémorial international des SAS à Sennecey-le-Grand.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article200956, notice GAULTIER DE CARVILLE Gérard, Claude par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 18 mars 2018, dernière modification le 13 septembre 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Gérard Gaultier de Carville
Gérard Gaultier de Carville
SOURCE  : Site FFL-SAS
« Gérard Gaultier de Carville 1924-1944
Lieutenant parachutiste SAS
Chevalier de la Légion d’honneur
Croix de guerre avec palme
Blessé mortellement à Rosporden le 6-8-1944 »
Dans le cimetière de Guiscriff
Dans le cimetière de Guiscriff
Sur le mémorial SAS de Plumelec
Sur le mémorial SAS de Plumelec
Sur le monument aux morts de Guiscriff
Sur le monument aux morts de Guiscriff
Sur le mémorial de la Résistance à Gourin
Sur le mémorial de la Résistance à Gourin
Sur le monument aux morts de Rosporden
Sur le monument aux morts de Rosporden
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Sur le mémorial international des SAS</br> à Sennecey-le-Grand
Sur le mémorial international des SAS
à Sennecey-le-Grand
SOURCE : Site 22sas12.over-blog.com

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 191 740. — SHD, Vincennes, GR 16 P 163042. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — Site Internet FFL-SAS (photo). — Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Saint-Martin-Longpré (acte de naissance, sans mention du décès « Mort pour la France »).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément