NOUAUD Jean

Par Dominique Tantin

Né le 18 août 1925 à Ruelle-sur-Touvre (Charente), exécuté sommairement le 27 juillet 1944 à Valence (Charente) ; résistant AS-FFI, maquisard en Charente.

Stèle commémorative du combat du 27 juillet 1944 à Valence (Charente)
Stèle commémorative du combat du 27 juillet 1944 à Valence (Charente)
Crédit : Wikicommons

Jean Nouaud faisait partie du groupe maquisard Tino-Cellefrouin. Aris Boutinot, dit Tino, soldat démobilisé du 30e BCP après la dissolution de l’armée d’armistice, revint dans sa famille à Ventouse. Avec d’autres réfractaires au STO, il trouva refuge dans la forêt de Ventouse puis dans les bois de Bel-Air, non loin du bourg de Cellefrouin en Charente limousine. Au printemps 1944, le groupe comptait une centaine d’hommes, mal armés et mal organisés, attachés à leur autonomie et refusant longtemps de s’intégrer au maquis AS Bir Hacheim de Négret. Il le rejoignit toutefois au cours de l’été.
Un accrochage eut lieu avec les Allemands à Sansac le 6 juin 1944, puis de nouveau le 27 juillet 1944 à Valence. Ce jour-là, en milieu de journée, quatre hommes - parmi lesquels Alfred Grimmer – partirent en reconnaissance sur un camion à gazogène pour vérifier des informations fournies par un nouvel arrivant qui suscitait leur méfiance. Sur la route de Saint-Angeau en direction de Verteuil, alors qu’ils s’engageaient sur le pont sur le Son, une sentinelle allemande ouvrit le feu sans les atteindre. La rivière franchie, leur gazogène, poussif, dut s’arrêter dans la côte. Les coups de feu de la sentinelle alertèrent un détachement allemand posté au sommet de la côte devant un ancien café. Alfred Grimmer et un déserteur de la Wehrmacht, Volkdeutsch d’origine polonaise, resté anonyme, furent tués aussitôt, et Jean Nouaud quelques instants après, attaché sur le capot d’un camion allemand. Le quatrième homme disparut.
Jean Nouaud, tué à quelques jours de ses dix-neuf ans, obtint la mention Mort pour la France. Son nom est inscrit sur la stèle commémorative à Valence avec ceux de ses camarades et celui de Fernand Charriaud, tué le 1er mai 1945 à Yves (Charente-Maritime) et sur le monument aux Morts de sa commune natale.
Notice en cours de rédaction. Si vous possédez des informations sur ce résistant, merci de contacter le Maitron des Fusillés.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article200777, notice NOUAUD Jean par Dominique Tantin, version mise en ligne le 11 mars 2018, dernière modification le 11 mars 2018.

Par Dominique Tantin

Stèle commémorative du combat du 27 juillet 1944 à Valence (Charente)
Stèle commémorative du combat du 27 juillet 1944 à Valence (Charente)
Crédit : Wikicommons

SOURCES : SHD-AVCC, Caen AC 21 P 124033 (à consulter). — Guy Hontarrède, La Charente dans la Seconde Guerre mondiale, Dictionnaire historique, Saintes, Le Croît vif, 2004, p. 227-228, 231-232. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes.

Version imprimable Signaler un complément