BUISSON André, Henri

Par Michel Thébault

Né le 20 juillet 1898 à Poitiers (Vienne), massacré le 4 août 1944 au Vigeant (Vienne) ; officier de carrière ; victime civile.

Militaire et fils de militaire, André Buisson était le fils de Constant, Léon Buisson âgé de 41 ans à sa naissance, capitaine adjudant-major au 125ème RI en garnison à Poitiers et d’Alice Cottineau âgée de 34 ans, tous deux domiciliés 5, petite rue sainte Thérèse à Poitiers. Il s’engagea dans l’armée en 1916 ; il était alors étudiant et domicilié chez ses parents au Vigeant (Vienne). Il fut incorporé dans le 169ème RI et fut nommé caporal en mai 1917 puis sergent en juillet 1917. Il conclut alors un engagement particulier et fut admis à L’École spéciale de Saint-Cyr, intégrant le peloton des élèves aspirants. Il entama alors une carrière d’officier, aspirant le 30 juillet 1917 commandant une section d’infanterie dans les combats de la fin 1917 et de 1918. Il fut gazé le 14 mars 1918 puis blessé le 20 août 1918 à Bieuxy (Aisne), ce qui lui valut la Croix de guerre avec étoile d’argent avec la citation suivante : « Chef de section d’une haute valeur morale et d’un courage remarquable. Le 20 août 1918 a puissamment contribué à repousser une contrattaque ennemie en exaltant par son exemple et son entrain la poignée d’hommes qu’il commandait. Blessé au cours de l’action ». Il fut nommé sous-lieutenant en février 1919, puis lieutenant en août 1921 dans des régiments de Tirailleurs Algériens. Il fit campagne en Orient puis au Levant de juillet 1920 à janvier 1922 et fut cité à nouveau en février 1921, à l’ordre du 21ème Régiment de Tirailleurs Algériens et obtint la Croix de guerre des TOE (Théâtres d’opérations extérieures). Rentré en France il fut décoré de la Légion d’honneur en décembre 1930 et promu capitaine en mars 1932. Poursuivant sa carrière militaire, il fut nommé en mars 1935 à la direction de l’Infanterie au Ministère de la guerre puis envoyé à L’École militaire d’infanterie et des Chars de combat en septembre 1937. Affecté le 25 août 1939 au centre de mobilisation d’infanterie n° 44 à Rennes, il fut promu Chef de bataillon le 4 octobre 1939. Son activité dans la campagne 1939 – 1940 reste à déterminer mais il reçut la Croix de guerre 39 – 40 et fut fait officier de la Légion d’honneur. Après la défaite, il resta dans l’armée, chef de bataillon dans l’Armée d’armistice. Il se retira vraisemblablement au Vigeant après la dissolution de l’armée d’armistice fin novembre 1942.
En 1944, célibataire, il était toujours domicilié au bourg du Vigeant et fut victime le 4 août 1944 du massacre perpétré par les forces allemandes de répression contre les maquis et en représailles contre la population du village. Le 4 août, en effet, se déroula dans le nord de la Charente et le sud de la Vienne, une opération de répression menée par une colonne allemande (Section rapide 608, issue du bataillon de réserve de la 17ème division SS Götz von Berlichingen, et Feldgendarmerie Trupp B motorisée 687). Partie de Charente le 3 août, elle se heurta à des groupes de maquisards et procéda dans la journée du 4 août à des séries d’exactions, d’exécutions sommaires et de massacres entre Charroux, Le Vigeant et Persac. Comme l’indique son acte de décès, André Buisson fut tué « par fusillade au lieu-dit Le Parc, commune du Vigeant » et son registre matricule indique qu’il « fut tué le 4 août 1944 au cours d’un engagement entre unités FFI et des troupes allemandes ». Son corps fut retrouvé après les combats près du lieu-dit Le Parc. Il semble d’après les témoignages que le commandant Buisson était venu au Parc rencontrer un autre militaire, le colonel Ranger pour se placer au service de la Résistance. Il fut vraisemblablement abattu en tentant de fuir Le Parc lorsque les soldats allemands l’investirent.
Son nom est inscrit sur la plaque commémorative, face au cimetière, dédiée aux « Résistants et victimes civiles du 4 août 1944 ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article200681, notice BUISSON André, Henri par Michel Thébault, version mise en ligne le 7 mars 2018, dernière modification le 11 mars 2018.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Vienne (État civil en ligne, registre matricule) — Site de la mairie du Vigeant Le 4 août 1944 — État civil, mairie du Vigeant (acte de décès registre 1944, n° 47) — mémorial genweb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément